1 Juin 2018

Gabon: Décès de Claude Ayo-Iguendha, Directeur Général de la BICIG

Libreville — A la stupéfaction générale, Claude Ayo-Iguendha, administrateur-directeur général de la Banque internationale pour le commerce et l'industrie du Gabon (BICIG), filiale de la Banque Nationale de Paris (BNP/ Parisbas) est décédé le 31 mai 2018 à Libreville.

Claude Ayo-Iguendha a incontestablement été l'un des patrons les plus expérimentés dans le milieu bancaire gabonais. Son expérience qu'il aimait partager, ses conseils et son humour faisaient de lui un patriarche respecté de tous. C'est sa passion pour le travail et la pluralité de ses engagement auxquelles il ne voulait jamais se départir, qui ont, en partie, précipité son départ vers l'au-delà à 74 ans.

C'est cette perfection à terminer une œuvre entamée qui lui a sans doute valu de se voir confier, fin 2011, la présidence du Fonds souverain de la République gabonaise (FSRG), l'ancien Fonds souverain pour les générations futures. M. Ayo-Iguendha a dirigé plusieurs entreprises publiques : de la défunte compagnie nationale Air Gabon à la Banque gabonaise de développement (BGD), en passant par la Société nationale d'acconage et de transit (SNAT).

Administrateur-directeur général de la BICIG, son dernier poste d'affectation, depuis décembre 2002, il devait faire valoir ses droits à la retraite en 2010. Mais celui qui a été décoré, en mai 2011, de l'insigne de chevalier de la Légion d'honneur par l'ambassadeur de France au Gabon, est maintenu à son poste en attendant la nomination de son successeur...

Concernant sa longévité à la tête de la BICIG, Ayo Iguendha avait déclaré lors d'un entretien accordé à Infosplusgabon que son contrat a été prorogé par la Banque nationale de Paris (BNP Paribas). Depuis, plusieurs prétendants gabonais se sont manifestés pour le remplacer.

« Aussi longtemps que mes capacités physiques me le permettront, je conserverai mon poste en attendant que Paris désigne un successeur disposant de la qualification nécessaire et de la confiance exigées par le siège de la BNP Paribas », avait-il déclaré à Infosplusgabon.

Banquier hors-pair

Si l'annonce depuis plusieurs années de son départ avait aiguisé les convoitises pour la reprise de son poste, cette situation n'inquiétait guère M. Ayo Iguendha puisqu'il avait envie de se reposer. Grâce à lui et à son équipe, la banque déficitaire à son arrivée avait recouvré les bénéfices.

« En effet, j'ai été nommé Directeur Général de la BICIG en décembre 2002. La Banque avait réalisé en 2005 un résultat net de 6,150 milliards de francs CFA contre un résultat déficitaire de -1,757 milliard en 2004. En outre, le produit net bancaire ou chiffre d'affaires de la BICIG s'élevait à 23,984 milliards de F CFA en 2005 contre 22,32 milliards en 2004, soit une augmentation de 8,86% dans un contexte où la banque n'avait pas totalement bénéficié des retombées des actions commerciales initiées au cours de l'exercice 2005 », avait-il expliqué.

Et de poursuivre : « D'autre part, la valeur ajoutée sur capitaux est passée de 12,66 millions de F CFA en 2004 à 14,42 milliards de F CFA en 2005, soit une hausse de 10,79%. En outre, le résultat brut d'exploitation était passé de 6,69 milliards de F CFA en 2004 à 7,331 milliards en 2005, en progression de 20,8%. En juillet 2009, la BICIG avait augmenté son capital de 12 milliards de francs CFA à 18 milliards de F CFA. Le bilan de l'exercice 2008 a fait ressortir un bénéfice net de 6,295 milliards de francs CFA contre 5,383 milliards de F CFA en 2007, soit une augmentation de 16,9%. ».

Rappelant qu'en 2010, la BICIG avait dû faire face à une concurrence accrue... , M. Ayo Iguendha a reconnu que « 2010 a été qualifiée de "difficile" en raison d'une concurrence accrue des nouvelles banques commerciales qui se sont installées au Gabon. Certains clients avaient quitté la BICIG pour ces nouvelles banques. Malgré cette situation, la BICIG a poursuivi la même politique de perfectionnement de l'outil de travail avec, en outre, la création de nouvelles agences sur l'ensemble du territoire national, afin de permettre à la banque d'être plus proche de ses clients. L'accent avait été également mis sur le perfectionnement des agents et la baisse du coefficient d'exploitation de l'entreprise ».

« Depuis 2011, les résultats de la banque ont toujours été positifs et nous avons atteint la barre de 30 milliards de FCFA de produit net bancaire à la fin de l'année 2011 car les perspectives pour 2011 étaient meilleures et les résultats bénéfiques pour les travailleurs et actionnaires de la banque. Toutefois, nous avons enregistré un repli correspondant à un résultat net de 1,22 milliards de francs CFA en 2010 contre 4,61 milliards de FCFA en 2009, soit une variation de -73,5%. Le produit net bancaire avait alors été en baisse avec 25,65 milliards de FCFA en 2010 contre 26,23 milliards de FCFA en 2009, soit une variation de -2,2% à cause de l'acuité de la concurrence, de l'augmentation des frais de gestion et du niveau élevé des provisions constituées ».

La BICIG avait été l'une des premières banques au Gabon à lancer le service client par SMS. Sur cet aspect, M. Ayo Iguendha avait précisé que « la BICIG avait lancé en août 2010 ce nouveau service client qui permet de recevoir régulièrement des informations sur son compte par SMS et donc de simplifier la gestion des comptes à partir des téléphones portables. La clientèle peut ainsi avoir accès à ses informations bancaires de la veille de manière hebdomadaire ou à la demande. Ce dispositif a l'avantage d'être compatible avec les quatre opérateurs en service au Gabon. Le service SMS Banking permet d'avoir accès au solde, aux 4 derniers mouvements mais prévient également de la mise à disposition d'un prêt, de la disponibilité d'une carte, d'un chéquier ou de l'atteinte du seuil minimum sur les comptes de la clientèle ».

Ce service est facturé au prix du SMS pour les informations spontanées, et un abonnement mensuel est prévu pour l'envoi des informations hebdomadaires par SMS. Le service est protégé par un code d'accès personnalisé. Depuis, les longues attentes dans les agences bancaires ont fortement baissé.

La contribution de la BICIG dans l'économie gabonaise

Selon Claude Ayo Iguendha, « la BICIG a une forte contribution dans l'économie gabonaise. Nous sommes présents dans tout le pays où nous finançons beaucoup de Petites et moyennes entreprises (PME). Cette responsabilité, nous l'assumons, avec le souci d'être une banque solide, résolument engagée dans l'avenir. En effet, la BICIG et l'Agence française de développement (AFD) avaient signé un protocole d'accord pour le financement des PME et PMI gabonaises. Cet accord prévoyait notamment une enveloppe de 6,56 milliards de FCFA de prêts pour financer les activités de ces structures ».

Au moment où Claude Ayo-Iguendha, quitte « le bateau BICIG », la banque avait réalisé un résultat net de 40 milliards de Fcfa en 2017, soit une hausse de 10 milliards de F CFA. Bilan que le désormais ancien patron de la BICIG avait présenté à Port-Gentil, capitale économique du pays, en janvier 2018.

Rappelons que la BICIG a été créée en 1973. Son capital de 18 milliards de francs CFA est réparti entre BNP-Paribas (46.67%), l'Etat gabonais et des privés (53.33%), rappelle-t-on.

Claude Ayo Iguendha en bref (Encadré)

Ayo Iguendha est né le15 décembre 1944 à Libreville. Diplômé de Sciences-Po Paris, M. Ayo Iguendha a été inscrit au tableau de l'Ordre des experts comptables en 1975. Il a été successivement Directeur financier de la société nationale Air Gabon (1975), puis son directeur général adjoint (1987 à 1989), Directeur général de la Société nationale d'acconage et de transit(1990-1999), Administrateur directeur général de la Banque gabonaise de développement (BGD/1999-2002). Outre ses nombreuses distinctions, M. Ayo Iguendha s'est fait remettre à Libreville par l'Ambassadeur de France au Gabon, en mai 2011, les insignes de Chevalier de l'Ordre de la Légion d'Honneur. Il était inscrit au tableau de l'Ordre des experts comptables en 1975 et fut Expert près de la Cour d'Appel de Libreville. Il fut Administrateur directeur général de la Banque Internationale pour le Commerce et l'Industrie du Gabon (BICIG) de décembre 2002 au 31 mai 2018.

Gabon

Des intellectuels fustigent le coût élevé des contentieux électoraux

À moins de deux semaines des élections législatives et locales, un groupe d'intellectuels gabonais… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Infos Plus Gabon. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.