5 Juin 2018

Sénégal: Recueil de poêmes - «Priple solaire» Moussa Seydou Diallo chante la femme et le terroir

Dans ce recueil composé de trente-cinq textes qu'il vient de publier aux éditions L'Harmattan et intitulé « Périple solaire », Moussa Seydou Diallo, journaliste au « Quotidien » et enseignant de formation, magnifie la femme et les terroirs qui l'ont vu naître et grandir. « Périple solaire », c'est aussi le récit poétique de chagrins d'amour, de souvenirs d'enfance et de ressentiments douloureux, de l'immigration clandestine... Mais aussi, un sentiment d'espoir que partage l'auteur pour la jeunesse « en quête de lendemains meilleurs ».

Par la magie des vers qu'il alterne à bien des occasions à l'aide de rimes croisées, embrassées ou quelquefois plates, le jeune poète ouvre son recueil « Périple solaire » avec une céleste reconnaissance, consacrant ainsi, son premier texte à « Allah » dont il magnifie la grandeur, la miséricorde...

Témoin de sa foi. Grâce à « une adresse des poèmes », Moussa Seydou Diallo nous plonge, dans ce recueil de poésie, dans ses souvenirs d'enfance, nous rappelant sa terre natale, « Goudomp » qui a vu ses premiers pas d'enfance. Et ses vers, quasiment de même mesure, s'adaptent aisément au style musical.

La dédicace du jeune poète de ce recueil de poèmes à sa mère est révélatrice de son attachement à la condition de la femme et surtout de sa mère. Diallo ne manque pas d'ailleurs de la glorifier quand il dit : « A ma brave et infatigable mère, sous le soleil ardent comme sous l'ombre fraîche, je chante la mienne, Dado Diallo à qui je dédie ce recueil de mots pour panser ses maux, sécher ses larmes chaudes, saignant mon cœur d'émeraude ».

Et l'auteur ne le fait pas moins bien quand il dit rendre « hommage à toutes les femmes du monde et singulièrement aux braves femmes sénégalaises ».

Ainsi, Moussa S. Diallo se tourne naturellement, à la page 23, « Je t'écris », vers la femme, que ce soit sa mère protectrice ou cette autre surnommée « La Dame au chapelet » ; comme l'a fait remarquer la préfacière Andrée-Marie Diagne-Bonané, ou encore « Déesse noire » dont il chante la beauté « endiablée ». L'auteur manifeste ainsi « toute son affection et son attachement », comme l'aura aussi rappelé la préfacière, à celle qui lui a donné la vie.

Amour du terroir

Par une alternance de rimes féminines et masculines, il s'offre une certaine liberté à travers ce quatrain, en s'abreuvant dans ses souvenirs d'enfance, au travers des faits quotidiens d'alors. Des souvenirs qui sont la source de son inspiration pour nous faire revivre ses sensations et les images encore vivantes et fraîches dans sa mémoire.

Et Moussa Diallo le réussit bien dans les poèmes « Bouillie matinale » ou encore dans ceux intitulés « Dans les herbes » et « Cascade », en nous invitant quelque part à sentir et pour ses concitoyens à se ressouvenir de ces paysages communs, saisissants et calmes du « Fouta » pour ne pas nommer Kédougou, situé à la lisière des contreforts du Fouta Djallon.

C'est dire aussi que l'auteur de « Périple solaire » chante le pays Bassari, son amour pour son terroir, ses terroirs peut-on dire ainsi que les chagrins d'amour, d'événements douloureux dont il a été témoin, victime ou coupable... Avant de manifester qu'il en est « Désolé » à l'image d'un des titres de ses poèmes.

Dans son avant-propos, l'ancien ministre de la Communication, ancien maire et actuel député de Kédougou, Moustapha Mamba Guirassy, en rappelant un des poèmes de l'auteur, « Ecrire pour exister », confie que c'est là « un recueil de poèmes qui célèbrent les terroirs de la belle région que nous avons en partage avec d'autres compatriotes : Kédougou, « La terre des hommes ».

L'auteur prend alors sur lui le courage d'écrire pour se « lâcher, pour panser ses plaies, aimer, admirer, témoigner et contempler ». Donc pour « exister » tout court. « Périple solaire », c'est, au-delà, le récit poétique de l'émigration clandestine, de passions personnelles auxquelles se livre le jeune poète, notamment à travers le poème « Rêve d'une dulcinée ».

C'est aussi le récit des problèmes de société, de la question des enfants et surtout d'espoir, tout comme il le rappelle bien dans le poème « Demain ». Ainsi, « Demain est un autre jour, jour du soleil levant, l'aube d'un nouveau jour d'espoir... » pour l'auteur. Bref : « Demain, c'est le futur, l'avenir pour la jeunesse en quête d'un lendemain meilleur », insiste-t-il.

Sénégal

Des militaires français impliqués dans une rixe à Dakar

Au Sénégal, cinq militaires français basés à Dakar sont directement liés… Plus »

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.