7 Juin 2018

Sénégal: Catastrophe écologique à Saint-Louis - Une quantité importante de poisson jetée dans le fleuve

Les populations de la capitale du nord, plus précisément les nombreuses ménagères du faubourg de Sor, de l'île de Ndar et des quartiers de la langue de Barbarie, ont assisté, ébahies, à un spectacle poignant. Depuis quelques jours, certains pêcheurs sénégalais, confrontés à d'énormes difficultés pour conserver l'excédent de leurs prises, s'empressent de jeter dans le fleuve une quantité très importante de sardinelles (yaboye, en wolof) et autres espèces pélagiques.

Les populations condamnent avec la dernière énergie cette pratique malsaine, qui engendre des conséquences désastreuses sur les plans économique et écologique.

Le conseiller municipal Lamine Ndiaye, au nom du maire Mansour Faye, a déploré avec véhémence un tel acte qui ne se justifie point, « d'autant plus que ce sont ces mêmes pêcheurs qui occuperont encore la voie publique pour dire qu'ils n'arrivent plus à capturer la plus petite sardinelle ».

D'autres concitoyens, comme Adama Sène, communicateur et père de famille domicilié à Pikine, soutiennent que cette grande quantité de poisson, jetée dans le fleuve, pouvait bien servir à quelque chose.

« Des milliers de familles sénégalaises n'arrivent pas à mettre la main sur ce poisson frais. Ne serait-ce que pour cette raison, ces pêcheurs irresponsables devaient avoir le réflexe, en cette période du mois béni de Ramadan, de conserver ou d'offrir ce poisson aux familles vulnérables », déclare-t-il.

Le président de l'entente Guet-Ndar/Mool, El Hadj Moctar Gueye, de souligner que ce comportement n'honore pas les communautés de pêcheurs de la Langue de Barbarie et constitue une menace réelle pour d'autres espèces pélagiques dont on a besoin pour survivre et qu'on ira encore chercher en haute mer, dans des conditions très difficiles.

Des experts, comme El Hadj Boubacar Dia, ancien chef du service régional de l'environnement à Saint-Louis, estiment que ce fait est inacceptable et inadmissible. « On doit non seulement sensibiliser ces pêcheurs sur les conséquences de cette pratique, mais on doit même aller jusqu'à sanctionner les auteurs de cet acte », indique-t-il.

Aussi, les supputations vont-elles bon train dans la ville tricentenaire à propos de cette catastrophe écologique. En effet, c'est devenu une habitude chez les pêcheurs de Saint-Louis de déverser le surplus de captures sur la berge. Des milliers de poissons flottent encore sur les grand et petit bras du fleuve Sénégal.

Sur le pont Faidherbe, les passants s'arrêtent pour observer la scène. Un spectacle désolant, qui donne une mauvaise image au secteur de la pêche, même si l'on sait que celui-ci souffre d'un manque criard d'unités de conservation des produits halieutiques.

Sénégal

Affaires Khalifa Sall, Karim Wade et Imam Ndao - La «diatribe» d'Amnesty International

«Le Sénégal doit faire de la garantie d'un procès équitable une priorité et… Plus »

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.