8 Juin 2018

Burkina Faso: Meeting de protestation contre le référendum - L'opposition appelle à une mobilisation massive

Les partis de l'opposition regroupés autour du Chef de file de l'opposition politique (CFOP) burkinabè se sont réunis, le mercredi 28 mai 2014 à Ouagadougou. Cela afin d'inviter les populations à braver toutes les «intempéries» le samedi 31 mai 2014 pour répondre au mot d'ordre de la manifestation contre le référendum, la modification de l'article 37 de la Constitution, et la mise en place du Sénat.

Au cours d'un point de presse organisé par le chef de file de l'opposition politique au Burkina Faso, les premiers responsables de partis de l'opposition ont solennellement informé les populations via les médias de la tenue effective de la manifestation de protestation contre la prise de certaines décisions politiques au pays.

Les maîtres-mots que le CFOP a voulu porter à l'endroit de ses militants au cours de cette rencontre du mercredi 28 mai 2014 sont : «NON au référendum, NON à la modification de l'article 37...» Pour le superviseur général, Ablassé Ouédraogo, l'opposition politique entend faire comprendre au monde entier que la majeure partie de la population burkinabè est opposée à l'organisation d'un référendum.

D'où le rassemblement populaire du 31 mai 2014 pour protester et sensibiliser les habitants des douze arrondissements de Ouagadougou au refus de «certaines mesures voulues par le camp d'en face». «Nous agissons dans le cadre de la légalité républicaine et nous voulons que le stade du 4-Août soit rempli», a confié le chef de file de l'opposition Zéphirin Diabré.

Face à la modification de l'article 37 de la Constitution burkinabè, l'opposition, politique se focalise sur l'article 168 qui «proscrit toute idée de pouvoir personnel».

Pour M. Diabré, c'est une phase de dissuasion pour le moment, en prenant l'opinion publique à témoin. Le rassemblement à en croire les organisateurs sera conduit avec la plus grande sécurité possible et va constituer le point de départ d'une longue campagne contre le référendum.

Selon les acteurs, ledit rassemblement du 31 mai a reçu l'aval des autorités «donc ne craignez rien, faites fi aux rumeurs, il n'y aura pas de répression et ceux qui vont vouloir semer le désordre seront immédiatement maîtrisés par la sécurité» ont rassuré les protestateurs contre le référendum.

Et pour rassurer le «peuple» quant à la tenue de cette manifestation, M. Diabré a indiqué que «Le rassemblement du 31 mai aura bel et bien lieu». Et Djéjouma Sanon de renchérir, «même s'il y a la pluie, la manifestation ne sera pas reportée».

Pour Ablassé Ouédraogo, président du Comité d'organisation dudit rassemblement, tous les préparatifs sont prêts. Selon lui, la manifestation sera conviviale, ponctuée de slogans, de discours et prestations d'artistes-musiciens.

Des slogans jugés non conformes, à en croire les opposants, seront filtrés par le comité d'organisation afin d'éviter des provocations.

Côté sécuritaire, les conférenciers disent compter sur les services de sécurité du CFOP et sur l'appui de la police nationale. A cet effet, confie Ablassé Ouédraogo, «nous sommes en relation avec la Direction générale de la police, notamment au niveau du commissariat central de Ouagadougou».

A propos de la presse, le comité d'organisation a signifié que les journalistes seront bien logés et auront accès à tous les plans qu'ils désireront.

Des gilets «Presse CFOP» sont prévus à cette occasion. Au cours de cette conférence de presse, le CFOP a également annoncé la sollicitation d'une quête populaire pour soutenir financièrement les différentes luttes entrant dans le cadre de la campagne contre le référendum.

De ce fait, un dispositif bien sécurisé de collecte de fonds est mis en place, selon les initiateurs. Il s'agit d'urnes qui seront fixés aux entrées du stade le jour-J, a annoncé les organisateurs. Après Ouagadougou, la prochaine étape dans la conduite de cette campagne contre le référendum, pourrait être selon le CFOP le stade Sangoulé Lamizana de Bobo-Dioulasso.

Burkina Faso

Etat de la liberté de la presse - Une conférence publique pour renforcer le professionnalisme dans les médias

La liberté de la presse est une réalité au Burkina Faso. En effet, le classement mondial sur la… Plus »

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.