7 Juin 2018

Burundi: Pierre Nkurunziza ne sera pas candidat en 2020

Le chef de l'Etat burundais a annoncé, le 7 juin lors de la promulgation de la nouvelle Constitution de son pays, qu'il ne briguera pas un nouveau mandat pendant la prochaine présidentielle.

La promesse du dirigeant burundais tombe comme un tonnerre au sein des milieux politiques de son pays, dont l'opposition qui lui reprochait, il y a quelques jours, de vouloir par tous les moyens s'accrocher au pouvoir.

Pierre Nkurunziza est aux commandes du Burundi depuis 2005. Il a été réélu président en 2010 avec plus de 91 % de voix, étant le seul candidat du scrutin. Les candidats de l'opposition s'étaient retirés pour protester contre les irrégularités de l'élection.

En 2015, Pierre Nkurunziza décide de briguer un troisième mandat à la présidence de la République, ce qui était contraire à l'article 96 de la Constitution burundaise promulguée en mars 2005. Sa candidature avait été néanmoins validée par une décision controversée de la Cour constitutionnelle.

Le 25 avril 2015, il s'impose comme candidat du Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces de défense de la démocratie, à l'élection présidentielle du 26 juin de la même année, provoquant une scission du parti, des heurts et des protestations de l'opposition.

En déplacement pour un sommet à Dar es Salam (Tanzanie) sur la situation de crise de son pays, Pierre Nkurunziza est victime d'une tentative de coup d'Etat de la part du général Godefroid Niyombare, le 13 mai 2015. Après de violents combats dans le centre-ville de Bujumbura, le chef des putschistes fait part de leur reddition et la présidence annonce le retour imminent du président Nkurunziza.

Le 12 mai 2017, un avant-projet de révision de la Constitution du Burundi est annoncé. Il prévoit la création d'un poste de Premier ministre, le passage d'un mandat de cinq ans à sept ans, et le passage du seuil d'adoption des lois des deux tiers à la majorité absolue.

Le nombre de mandats consécutifs qu'un président peut effectuer est toujours de deux, mais du fait de la modification de la Constitution, Nkurunziza pouvait effectuer deux nouveaux mandats consécutifs de sept ans au terme de son troisième mandat de cinq ans. Ce qui devait lui offrir la possibilité de rester au pouvoir jusqu'en 2034. Les quotas ethniques issus de l'accord d'Arusha sont aussi modifiés.

Le référendum constitutionnel avait eu lieu le 17 mai 2018. Au terme d'une campagne où les opposants sont traqués, menacés, arrêtés et certains médias fermés, les modifications constitutionnelles sont approuvées à 73,3 % avec une participation de 96 %. L'opposition avait contesté la véracité de ces résultats.

Burundi

Un militant des droits de l'homme condamné à 5 ans de prison

Le militant des droits de l'homme burundais, Nestor Nibitanga, ex-représentant de l'Association burundaise pour… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.