8 Juin 2018

Burkina Faso: Refonte des salaires des fonctionnaires - Les syndicats frondeurs « participeront » à travers un sit-in

La coordination des syndicats de la fonction publique ont annoncé leur décision d'observer un sit-in le 12 juin prochain, jour d'ouverture de la conférence nationale sur le système de rémunération des agents publics de l'Etat. Les porte-paroles de la coordination l'ont déclaré le 8 juin 2017 à l'occasion d'une conférence de presse.

Le mouvement syndical regroupé au sein de la Coordination des syndicats de la fonction publique (CSFP) monte d'un cran dans son rejet de la conférence nationale sur le système de rémunération des agents publics annoncée pour les 12, 13 et 14 juin prochains. En plus de ne pas participer à la rencontre, la CSFP entend observer un « sit-in d'avertissement » le mardi 12 juin de 8h à 11h, sur toute l'étendue du territoire national.

Les porte-paroles de la Coordination ont annoncé ce mot d'ordre au cours d'une conférence de presse le vendredi 8 juin 2018 à la bourse du travail de Ouagadougou. Les militants des syndicats membres de cette coordination sont invités à porter un brassard ou un bandeau de couleur blanche pour symboliser leur « exigence de la transparence dans la gestion des biens publics ».

A l'occasion, les syndicalistes sont revenus sur les griefs qu'ils ont à l'encontre de ces concertations initiées par le gouvernement en vue de juguler la masse salariale jugée de plus en plus insoutenable. C'est toujours le format de la rencontre qui pose problème. La Coordination est contre l'implication d'autres organisations (coutumières, religieuses, ou de la société civile) à une problématique qui ne concerne que les travailleurs (employés) et l'Etat, représenté par le gouvernement (employeur).

A contrario, si toutes les composantes de la société doivent être associées, le mouvement syndical s'est dit d'avis qu'il faille étendre le sujet des discussions à la gestion même des richesses nationales. « Pourquoi le gouvernement ne veut pas discuter de la gestion des ressources nationales ? », s'est interrogé le porte-parole de la coordination, Souleymane Badiel, pour qui, les autorités veulent cacher « la gabegie » dont ils font preuve dans la gestion des ressources publiques. Les raisons invoquées par le gouvernement pour maintenir le format initial avec la participation de toutes les composantes de la société ne les convainquent toujours pas, d'où ont-ils décidé de rester en marge.

Les conférenciers ont, par ailleurs, confié leur conviction que l'ultime objectif de ces rencontres est la réduction des salaires, se basant sur des propos du ministre en charge de la fonction publique, Seyni Ouédraogo à une précédente conférence de presse où il déniait le droit pour un agent public de se prévaloir de droits acquis. Les journalistes ont interpellé la coordination sur l'utilité de pratiquer la politique de la chaise vide et sur leur réelle volonté de voir corrigées les injustices salariales au sein de la fonction publique.

Souleymane Badiel a laissé entendre que la Coordination, bien que ne participant pas aux concertations, a fait des propositions au gouvernement. Pour lui, les bases des concertations sont faussées dès le départ, voilà pourquoi elles ne pourront parvenir à aucune réparation des injustices entre fonctionnaires. « Nous n'irons pas à cette foire et nous allons nous battre pour faire échec aux décisions anti-travailleurs qui seront prises », a conclu Siriki Dramé, l'un des animateurs de la conférence de presse.

Burkina Faso

Etat de la liberté de la presse - Une conférence publique pour renforcer le professionnalisme dans les médias

La liberté de la presse est une réalité au Burkina Faso. En effet, le classement mondial sur la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.