8 Juin 2018

Afrique: Abbas Jaber, l'idéaliste industriel qui milite pour un nouveau Plan Marshall de l'émergence de l'Afrique

Pour limiter la pression migratoire et aider au développement du potentiel agricole des pays africains, Abbas Jaber et l'association Patrons Sans Frontière réunissent entrepreneurs, diplomates et gouvernements autour de grands chantiers en Afrique.

Libérer les énergies de développement

Les images de milliers de femmes, hommes et enfants risquant, tous les jours, leur vie pour traverser terres et mers et arriver en Europe sont insoutenables.

Si l'Europe ne peut évidemment pas, selon la formule célèbre, «accueillir toute la misère du monde», elle ne peut pas non plus se contenter de détourner les yeux de ce spectacle et fermer ses frontières sans participer à l'élaboration de solutions réalistes et constructives.

L'Afrique est, dans le même temps, un continent riche qui a deux atouts majeurs pour s'en sortir: son dynamisme et la jeunesse de ses peuples (près de 380 millions de personnes entrant sur le marché du travail d'ici à 2030) et la richesse de ses terres (65 % des réserves foncières disponibles mondiales).

Les solutions existent donc. Et il s'en faudrait de peu pour que la tendance s'inverse et que les aspirants à l'émigration estiment jouable, voire avantageux, de rester au pays et non plus d'émigrer. Alors que faire, et quelles sont ces solutions?

Rescousse à la jeunesse

L'une des clés du problème est de revitaliser, restructurer et développer les filières agricoles locales qui sont aujourd'hui exsangues mais dont le potentiel est extraordinaire. Ici, l'idée simple est d'aider les jeunes d'Afrique qui le souhaitent à se fixer sur leurs terres et à y obtenir un niveau de vie supérieur à celui qu'ils auraient eu s'ils avaient tenté l'aventure, risquée, de l'émigration.

Cette démarche suppose une remise à plat et une réforme des mécanismes de soutien des États africains à leur propre agriculture. Elle suppose, pour les États européens, de travailler main dans la main avec eux à la création d'infrastructures pérennes (routes, écoles, centres de soins), à la mise en place de cadres (juridiques et fiscaux) plus rassurants pour les investisseurs et, surtout, à la fourniture d'énergie et de crédits à un meilleur marché (les fondamentaux en Afrique n'ont jamais été aussi bons ; les cours des matières premières agricoles sont au plus haut et vont certainement le rester ; l'eau et la main d'œuvre abondent ; mais l'énergie chère et le loyer de l'argent sont, aujourd'hui, des obstacles au décollage du continent!).

Mais cela suppose, surtout, des entreprises qui comprennent l'enjeu et promeuvent, dans les bassins agricoles et au-delà, un petit entreprenariat créateur d'emplois, faisant sa part à la culture vivrière et permettant à ceux qui le souhaiteront de rester dans leurs pays.

L'idée concrète que lance aujourd'hui l'association «Patrons sans frontières» est de créer une nouvelle structure qui regroupera tous les acteurs: les gouvernements, les représentations diplomatiques, les entreprises européennes implantées en Afrique, ainsi que les entreprises africaines présentes dans les secteurs clés.

Cette structure recevra, étudiera et traitera les dossiers de demande de retour au pays. Elle garantira, grâce à ses entreprises adhérentes, et à l'intérieur des filières intégrées existantes, un nombre d'emplois minimum à ces candidats au retour. Elle encouragera, dans les zones cotonnières notamment, la création de petites exploitations agricoles modernisées de quelques hectares dont une quote-part sera impérativement réservée aux candidats au retour.

Parce qu'il faut un à deux ans pour devenir un agriculteur professionnel et autonome, et que les centres de «rattrapage à la formation» ne sont rentables qu'indirectement et à moyen terme, les entreprises adhérentes au projet solliciteront le soutien d'organismes financiers de développement (AFD, BEI, BPI... ) ainsi que des organismes de l'Union européenne et des États africains.

Mais le gros de l'effort reposera sur les épaules des entrepreneurs eux-mêmes qui devront admettre que les pouvoirs politiques sont parvenus, face au drame de l'émigration de masse, aux limites de leurs capacités et que c'est désormais à eux de reprendre le flambeau et d'assumer leur responsabilité historique vis-à-vis des générations futures.

Partenariat gagnant-gagnant

Le bilan sera gagnant/gagnant. En effet, les pays d'Afrique commenceront de freiner l'exode rural, de limiter la surpopulation de leurs villes et d'offrir aux leurs un revenu, une éducation, une qualité de vie, un accès à la santé, leur permettant d'envisager l'avenir sans avoir à émigrer.

Les pays européens commenceront de voir s'inverser une vague migratoire.

Et ce sera gagnant aussi pour le monde qui, si rien ne change et si ne sont pas mises en valeur les dernières terres disponibles que sont les terres africaines, risque de vivre, d'ici vingt ans, en état de disette chronique.

La France, par son histoire et ses valeurs, se doit d'ouvrir la voie. La France dont le président de la République, Emmanuel Macron, a, au Sénégal, en février dernier, puis au Burkina, posé dans des termes nouveaux la question de la coopération des deux continents peut lancer le mouvement.

Une COP au chevet de l'Afrique

Pourquoi pas une COP consacrée à l'Afrique et à la question des migrants? Pourquoi pas, à Paris, des états-généraux des nouvelles migrations qui, avec la participation des politiques, des entrepreneurs africains et européens, des bailleurs de fonds et des organismes publics (l'OFII, Office Français de l'Immigration et de l'Intégration), ouvriraient le grand chantier du développement de ce qui sera, demain, le futur grenier du monde?

Que les États créent le cadre: les entrepreneurs feront le reste! Qu'ils définissent les termes d'un nouveau contrat social intercontinental réunissant les forces vives des deux continents: les entrepreneurs s'engageront. Qu'ils nous aident à tordre le cou à un mythe qui a la vie dure et qui est celui de ce fameux «risque Afrique» dont le martèlement a pour effet, depuis des décennies, de faire monter à des taux d'intérêt prohibitifs les capitaux empruntés depuis les pays d'Afrique en raison d'une supposée «instabilité» et nous, les entrepreneurs, œuvrerons à créer ce petit entreprenariat local qui manque si cruellement à l'Afrique.

C'est comme cela, et comme cela seulement, que le double mal de la grande migration et de la misère pourra être traité à la racine.

Sénégal

Décès de Kofi Annan - Le continent perd un illustre fils, le monde perd une boussole

Dans un monde où certains ont déclaré «la guerre à la paix» selon… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Confidentiel Afrique. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.