11 Juin 2018

Cameroun: L'électeur vote pour ses propres intérets et non pour ceux d'un candidat ou d'un parti

Sincèrement parlant, loin de chercher à dédouaner l'opposition et ses partisans, il y a lieu constater que beaucoup méconnaissent partiellement ou totalement les tenants et les aboutissants de la chose politique en général et surtout les enjeux capitaux des élections. En termes simples, beaucoup ignorent que ce sont les citoyens ou populations qui sont en réalité les vrais gagnants ou les vrais perdants des élections selon la qualité des résultats ou des élus.

En effet, combien sont ceux-là qui connaissent avec conviction que les élus (Président de la République, Sénateurs, Députés, Maires, Conseillers Municipaux, ... ) ne sont rien d'autre que des EMPLOYES DU PEUPLE, c'est-à-dire les employés des populations ou des électeurs ? C'est déjà là le premier raté fondamental et cela avec tous les méfaits subséquents. Ces employés-là, selon le cas, ont pour rôles

(obligations) de travailler pour le bien-être des populations et de résoudre leurs principaux problèmes vitaux. A titre indicatif :

- Assurer la santé, la sécurité, l'éducation, ...

- Offrir ou favoriser l'emploi ;

- Promouvoir le mérite, la justice sociale, l'équité et autres ;

- Prévenir ou lutter contre les maux susceptibles de nuire au bien-être ou au développement : détournement des fonds publics, favoritisme, tribalisme, népotisme, injustices, tracasseries, arnaques (policières et autres), corruption, gabegie, ...

- Promouvoir le développement social, économique, infrastructurel, culturel, ...

- Favoriser le bien-être et l'épanouissement de tous et de chacun à travers la bonne gouvernance ou gestion idoine des ressources mises à leur disposition ;

- Etre le porte-parole et/ou le défenseur des droits et des intérêts des populations auprès des pouvoirs publics;

- Voter les lois et contrôler le travail du gouvernement ;

- Etc.

Entre autres, chacun devrait savoir que c'est la bonne gestion ou gouvernance qui peut permettre à chaque jeune d'avoir un emploi ou une occupation tout court, à une jeune fille de pouvoir se marier, à un moto-taximan ou débrouillard d'être à l'abri des tracasseries ou arnaques policières, aux candidats méritants de passer les concours (entrée à l'ENAM, à l'EMIA, au CUSS, à l'ENS/ENSET, ... ) sans

monnayage (5 000 000, 4 000 000 ou 3 000 000 francs selon le cas) comme c'est monnaie courante.

L'élu étant un employé selon ma définition ci-dessus, je vous donne ci-après d'autres définitions similaires dont je reste l'auteur :

- L'élection est un mode de recrutement ;

- Le mandat (7ans, 5 ans, ... ) c'est la période du contrat de travail ;

* Le peuple (alias les électeurs) est /sont l'employeur ;

* Le contrat du travail ce sont les textes (lois et règlements) respectifs qui donnent les attributions des différents élus (employés). Ces lois sont complétées par ces annexes que sont les professions de foi des candidats présentées pendant la campagne électorale.

Tout ceci dit, et si nous nous sommes bien compris, chaque citoyen qui vote lors de l'élection présidentielle se dit :

- « Moi jeune garçon, je mets ce bulletin pour recruter mon employé Président de la République qui doit gouverner honnêtement et équitablement pour que je puisse avoir un emploi, me loger, me marier, subvenir aux besoins de ma petite famille, m'épanouir (m'équiper, investir, ... ) et pourquoi pas aider les miens et les autres». C'est exactement ce qui se passe lorsque quelqu'un ou un groupe de personnes loue un bulldozer qui est mille fois plus fort que lui, mais sur qui il a le contrôle et le pouvoir de remplacement en cas de non satisfaction.

- « Moi jeune fille, c'est pour que, en plus de ce à quoi aspirent mes camarades garçons comme exprimé ci-dessus, je sois particulièrement assurée de pouvoir me marier au lieu d'être obligée de me prostituer pour survivre comme cela semble s'ériger en tradition de nos jours, et cela avec tous les soucis et traumatismes moraux et psychologiques associés ». Entendu que pour que les jeunes filles se marient, il faudrait bien que la politique (gouvernance) permette à leurs gars d'avoir au minimum une occupation et un logement appropriés.

-« Moi , élève, étudiant ( e), je vote pour recruter mon employé-Chef de l'Etat, pour qu'il mette fin aux détournements grossiers des fonds publics pour favoriser l'emploi, qu'il mette aussi fin au tribalisme, au favoritisme, à la corruption et au monnayage des concours, tel que j'ai la chance d'entrer par mon mérite à l'ENS sans payer 3.000.000F, à l'ENAM sans payer 5.000.000F,... ; alors que ceux qui réclament ces sommes faramineuses y ont accédé à leur époque sans pourboire ».

- « Moi, moto-taximan, c'est pour que, entre autres, mon employé-président mette fin aux arnaques et tracasseries des gendarmes et policiers qui, chaque jour, sans pitié, m'extorquent pas moins de deux à trois mille francs sur mon modique revenu journalier, obtenu au prix d'indescriptibles souffrances (risques divers, accidents, pannes, coups de soleil, pluie, ... ) »

- « Moi commerçant, c'est pour que les agents des impôts cessent de me rançonner et me menacer de redressement ou de sceller ma boutique alors que je me suis acquitté de mes obligations ».

Il en est ainsi de l'élection présidentielle comme des municipales, des législatives, des sénatoriales ou des régionales, lors

desquelles le même raisonnement doit être appliqué se basant sur les missions assignées aux élus qui en résultent.

Voilà donc comment chacun devrait raisonner lors du vote. Car, contrairement à l'impression que donnent les critiques, ce ne sont pas les candidats (Fru Ndi, Ndam Njoya, ... ) ou les partis politiques (SDF, UDC, ... ) dits perdants :

- Qui souffrent de la mal gouvernance, du chômage, du célibat forcé, ...

- Qui subissent les injustices, les tracasseries policières, les arnaques des agents des impôts, des magistrats dans les tribunaux, les méfaits du tribalisme ;

- Qui galèrent du fait du chômage, du fait des détournements massifs et sauvages des fonds publics, ...

Plutôt ce sont bel et bien ces citoyens-là frustrés, malmenés et parfois persécutés ou torturés, lesquels se moquent gaiement de l'opposition et des candidats dits perdants, qui endurent les conséquences de cette gouvernance ou gestion calamiteuse des institutions confiées aux mal-élus (véritables malfrats, escrocs ou braqueurs politiques) seuls bénéficiaires d'élections truquées.

Pourquoi toute cette redondance et ces redites ? C'est bien parce que ce sont beaucoup de ces mêmes victimes qui se laissent régulièrement instrumentaliser pour perpétrer la fraude et les tripatouillages électoraux sources de la misère collective. Et au lieu d'assumer leurs propres turpitudes, ces traitres sont les premiers à accuser l'opposition de tous les maux. Les fraudes profitent aux bourreaux (la mafia gouvernante) disséminés dans diverses

institutions et organismes publics : Présidence, Sénat, Assemblée Nationale, Gouvernement, Services publics déconcentrés, Communes, Sociétés publiques et parapubliques, ... .

Le pire pour toutes ces victimes c'est non seulement qu'elles ignorent qu'en réalité le pouvoir leur appartient, mais c'est aussi et surtout qu'elles pervertissent elles-mêmes l'usage de ce pouvoir (vote) en le bradant à leur bourreau au franc symbolique : bouts de pain chargé, morceaux de savon, cubes Maggi, modiques billets de 500, 1000, 2000, ... . En fait, que vaudrait même 100 000, 500 000 ou 1 000 000F par rapport à tout votre bien-être, votre épanouissement et votre avenir ?

A-t-on déjà vu un bon candidat à l'emploi corrompre un employeur sérieux pendant le processus de recrutement ou un employeur sensé recruter un candidat qui l'a corrompu ? Et vous alors ? Vous êtes seulement comment ? De notoriété publique, les critères de base de tout recrutement sont : la compétence, l'efficacité, la bonne moralité, le rendement, la serviabilité, ...

Par ailleurs, oubliez-vous que nous sommes tous égaux lors du vote ? Que le vote de Paul Biya, celui de Fru Ndi, de Sonkin ou de tout villageois ne compte que pour une seule voix ?

Mes chers parents, frères et sœurs,

Chers amis,

Chers compatriotes,

Les candidats, les partis politiques et les acteurs de la société civile qui luttent ou prétendent lutter pour votre cause sont comme des chiens de garde et de chasse, comme des outils ou des armes à votre service. Comme en toute chose, il y a des bons et des mauvais, quitte à

vous de faire le discernement forts de l'intelligence et de la sagesse qui constituent pour vous le second précieux don que Dieu vous a offert en plus de votre vie. Il vous appartient d'en faire bon usage, de faire le bon choix le moment venu (le jour des élections) et c'est vous qui en tirerez tous les bénéfices.

Comme vous pouvez le constater, je n'ai vanté aucun candidat ou parti politique particulier, ceci afin d'éviter une quelconque tentation de manipulation à des fins égoïstes ou de m'ériger en directeur de conscience de qui que ce soit.

Si nous nous sommes bien compris, il s'agit de nous accorder unanimement sur le fait que notre ennemi commun, cause de nos divers malheurs, ce sont ces mal-élus qui nous gouvernent ou nous gèrent au nom du soi-disant « Rassemblement Démocratique ... . ». Accordons-nous seulement sur le fait que le moment venu (jour du vote), chacun se dise « tout sauf la cause de mes soucis ».

De cette manière, malgré la puissance satanique de la corruption et d'autres influences de toutes sortes, nous obtiendrons le CHANGEMENT appelé de tous nos vœux. Ceci aura l'avantage de nous faire vivre une autre expérience et surtout d'instruire les nouveaux élus (de quelque parti que ce soit) d'être précautionneux et consciencieux dans leur approche de gestion ou de gouvernance, ainsi que dans leurs comportements à notre égard, et surtout de comprendre qu'en cas de déception ils seront remplacés (« licenciés ») comme leurs prédécesseurs.

Notons bien et ceci une fois pour toutes : ce sont les électeurs (c'est-à-dire les populations) qui gagnent ou

perdent les élections selon que leurs choix électoraux sont bons ou mauvais par rapport à leurs attentes.

Ne disons plus naïvement : « nous votons mais on change les résultats » pour justifier notre résignation. Qui change les résultats en fait ? C'est bel et bien au niveau de notre quartier (bureau de vote) et c'est notre frère, parent, ami ou voisin (corrompu) qui bourre l'urne, falsifie le PV ou tripatouille si nous ne veillons pas sur les résultats jusqu'à destination.

Le mal élu, escroc ou bandit politico-électoral tout comme l'escroc ou le bandit social, vit aux dépens de ceux qui se résignent ou se laissent corrompre, tromper ou spolier.

Quoi que l'on en dise, nos compatriotes Anglophones, à travers leur endurance, leur perspicacité et leur détermination, malgré quelques dérapages regrettables et malheureux, nous ont prodigué de grandes leçons s'agissant du combat pour la survie et les causes nobles. C'est de cette même manière-là aussi que nos frères Noirs Sud-Africains ont tenu bon des années durant, contre vents et marées, jusqu'à se délivrer de l'apartheid. Le combat est dur, mais durcissons aussi notre personnalité.

Un adage de notre sagesse ancestrale ne dit-il pas : « l'animal est malin, mais le piège est tout aussi malin » !!! Et que dire de cette autre sagesse de cet illustre Roi des Bafou de chez nous qui en son temps demanda à son sujet qui se fourvoyait : « mais où as-tu laissé ta part d'intelligence » ? Et l'intéressé s'est très vite ravisé et assagi.

Avis aux dupes et, à bon entendeur ...

Dschang, le 05 Mai 2018

Cameroun

Biya reçoit M. Faki - Le pays «fidèle» à ses engagements sur les droits de l'homme

Vendredi 13, au Cameroun, le président Paul Biya recevait pour un déjeuner officiel le président de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.