11 Juin 2018

Congo-Kinshasa: Le BCNUDH forme des défenseurs des droits de l'Homme

communiqué de presse

Bukavu, le 08 juin 2018 - La formation organisée par le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l'homme / BCNUDH/ MONUSCO s'est clôturée le vendredi 08 juin 2018. Cette rencontre de renforcement de capacité s'est focalisée sur le suivi-plaidoyer et rapportage des incidents de protection des civils et gestion des cas de protection individuelle.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies, à travers la Résolution 2409 du 27 mars 2018 portant renouvellement du mandant de la MONUSCO, a instruit la Mission de renforcer son interaction avec la population civile et de renforcer son dispositif d'alerte rapide ainsi que le renforcement de la protection des civils.

Du fait de sa non présence permanente dans certaines localités à risque pour les civils, la MONUSCO travaille étroitement avec des organisations locales en ce qui concerne la collecte et l'analyse des informations, leur documentation, l'évaluation du système sécuritaire et la mise en place de mesures adéquates pour la protection.

Pour améliorer le rendement et la capacité de travail avec les organisations locales de défenses des droits de l'homme, le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l'homme a tenu au Sud-Kivu dans la ville de Bukavu un atelier de formation.

Plus des 50 activistes membres de réseau de protection venus du territoire de kabare, Shabunda,Kalehe, Idjwi, Mwenga , Walungu et de la ville de Bukavu ont pris part à ces assises.

Du 06 au 8 juin 2018, les participants à cette formation ont été outillés sur le plaidoyer, rapportage des incidents de protection des civils et la gestion des cas de protection individuelle.

Lors de cette rencontre, madame Solange ONDOLO, officiel du BCNUDH , bureau de Goma a expliqué : « La question de protection des civils est une priorité pour la Monusco. Plusieurs organisations locales participent à cette mission à travers les alertes et monitoring qu'elles partagent avec le BCNUDH. Mais dans leur travail, certaines lacunes sont observées. La formation organisée est une opportunité pour améliorer ce travail. »

De leur côté, les participants ont reconnu leurs faiblesses et ont remercié le BCNUDH pour cette initiative. Madame Annie MALONGO secrétaire permanent de la synergie des organisations des Droits de l'Homme a soulevé l'impact de cette formation sur l'amélioration de leur travail : « Grâce à la formation nous sommes aujourd'hui sûr du rendement lors de nos actions de plaidoyer. Souvent nos actions étaient mal dirigées par manque de savoir-faire. Les défenseurs de droits de l'homme aguerris sont partis, ils ont pris de l'Age, nous les jeunes nous avons besoin de cette formation pour faire face à ce grand défi mais aussi pour accompagner le mandat de la Monusco dans notre pays »

Le chef de Bureau de la MONUSCO au Sud-Kivu et Maniema KARA SORO qui a clôturé ces assises a demandé aux participants de mettre en pratique les enseignements reçus au profit de ce grand combat qui est la protection des civils.

Il a en outre rappelé le mandat de la MONUSCO quant à ce, en invitant ces défenseurs des droits de l'homme du Sud-Kivu à une collaboration étroite avec la MONUSCO en s'appropriant son mandat couché dans la Résolution 2409 du 27 mars 2018 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Congo-Kinshasa

Présidentielle - Félix Tshisekedi chiffre son programme à 86 milliards de dollars

« Une fois élus, je ferais de la lutte contre la corruption mon cheval de bataille et dans dix ans, je… Plus »

Copyright © 2018 United Nations Stabilization Mission in the DR Congo. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.