11 Juin 2018

Burkina Faso: Chambre de commerce - La montée des couleurs, en entrée

Un cérémonial de montée des couleurs a eu lieu, le lundi 11 juin 2018, au siège de la Chambre de commerce et d'industrie du Burkina Faso (CCI-BF) à Ouagadougou. Il marque en même temps le lancement des activités du 70e anniversaire de la première institution publique du Burkina Faso qu'est la chambre de commerce.

La Chambre de commerce et d'industrie du Burkina Faso (CCI-BF), première institution publique du pays, célèbre à partir de ce 11 juin 2018 ses 70 ans d'existence. Le top de départ des festivités a été donné par une montée des couleurs, dans la matinée, au sein de l'institution à Ouagadougou.

Pour le président de la CCI-BF, Mahamadi Savadogo, ce cérémonial marque une volonté de susciter autour de la chambre de commerce, un élan et un esprit de cohésion, d'unité et de solidarité. «Telles sont les valeurs que nos prédécesseurs nous ont léguées et qui font du Burkina Faso un pays respecté », a-t-il relevé.

De ce fait, il s'est engagé à faire en sorte que ces valeurs cardinales soient préservées. Pour lui, ce long parcours de la CCI-BF a été jalonné de succès et de difficultés.

Au nombre des acquis, il s'est réjoui des efforts consentis en matière du développement du capital humain à travers des offres de formation diplômante et professionnelle. Sur ce, il a noté que des milliers de personnes ont été formées en secrétariat, en comptabilité et déclarant en douane.

Dans la même dynamique, environ 9600 personnes ont été formées en conduite (permis E), 284 moniteurs d'auto-écoles et 60 mécaniciens de véhicules automobiles sont sortis du Centre de formation en transport et activités auxiliaires. Concernant la formation continue, pas moins de 150 000 personnes, le président de la chambre de commerce, ont participé à des sessions de formation sur diverses thématiques.

En sus, il a souligné que plusieurs infrastructures économiques dans divers domaines sont réalisées. Mahamadi Savadogo s'est alors réjoui de la construction de la gare routière et internationale de Ouagadougou appelée OUAGARINTER et celle de Bobo-Dioulasso.

«Ces infrastructures existent tant à l'intérieur du pays que dans les ports des pays voisins», a-t-il signifié. Ce qui a permis, a-t-il dévoilé, de traiter 5,7 millions de marchandises par an sur ces plateformes. Les services n'ont pas été occultés.

Une entreprise citoyenne

De l'avis du président Savadogo, la Chambre de commerce et d'industrie dispose d'une gamme variée de produits et services qu'elle met à la disposition des entreprises. Les plus importants sont, entre autres, l'appui-conseil aux opérateurs économiques, la promotion commerciale, l'information, la prospective et l'intelligence économique.

En clair, a dit M. Savadogo, la CCI-BF a fortement contribué à une meilleure structuration du dispositif institutionnel d'appui au secteur privé. La preuve, a-t-il relevé, plusieurs structures d'accompagnement des entreprises ont été mises en place grâce au soutien technique et financier de la chambre.

Parmi celles-ci figurent entre autres, le Salon international de l'artisanat de Ouagadougou (SIAO), les Centres de formalités des entreprises (CEFORE), la Maison de l'entreprise du Burkina Faso (MEBF), le Centre d'arbitrage, de médiation et de conciliation de Ouagadougou (CAMCO) et les Centres de gestion agréées (CGA).

A cela s'ajoutent les tribunaux de commerce, le Bureau de restauration et de mise à niveau (BRMN), l'Institut supérieur de génie électrique (ISGE), la Chambre des métiers de l'artisanat du Burkina Faso (CMA-BF), la Société de gestion de la plateforme Sylvie (SOGESY).

En outre, pour Mahamadi Savadogo, la chambre de commerce a toujours exercé sa responsabilité sociale chaque fois que le pays et ses habitants sont éprouvés.

Par exemple, le soutien des opérateurs économiques aux sinistrés des inondations du 1er septembre 2009, l'organisation de l'opération « SONG-TAABA » qui a permis de mobiliser une importante contribution financière au profit du ministère de l'Action sociale et de la solidarité nationale suite à la mauvaise pluviométrie de 2012, ont été autres actions menées.

Aussi, la chambre de commerce a manifesté sa générosité à l'endroit du Centre hospitalier universitaire Yalgado-Ouédraogo à travers un don en 2017 de matériel et de consommables médicaux sans compter son soutien financier au profit des Forces de défense et de sécurité (FDS) dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Sa responsabilité sociale et citoyenne se chiffre à plus de 2,4 milliards de FCFA. « Après un parcours brillant, sans verser dans le narcissisme et l'autosatisfaction, le bureau consulaire, les élus et l'ensemble du personnel de la CCI-BF sont conscients des nombreux et importants défis auxquels nous devons faire face », a-t-il reconnu.

Des festivités sobres

Ce qui les a motivés, a-t-il poursuivi, à célébrer cet anniversaire dans la sobriété. A l'entendre, en lieu et place des manifestations à caractère festif, ce jubilé de platine est mis à profit pour réaliser des projets qui, à moyen terme, devront impacter positivement le secteur privé burkinabè et partant, l'économie nationale.

A propos de la célébration proprement dite du 70e anniversaire, une série d'activités sont inscrites au programme. Il y aura la publication d'un ouvrage historique qui retrace le parcours de la CCI-BF, de 1948 à nos jours, la publication de 4 bibliographies en hommage à des personnalités qui ont marqué leur passage à la Chambre de commerce comme André Aubaret, Dr André Kambou, El hadj Oumarou Kanazoé et El hadj Djanguinaba Barro.

Il est également prévu la construction d'une technopole qui abritera les différents centres de formation, la construction des sièges de quatre délégations consulaires régionales, l'organisation d'un forum sur l'innovation en faveur des femmes chefs d'entreprises le 12 juillet prochain, le lancement de la Société d'accompagnement et de financement des entreprises (SAFINE.SA)... .

A l'écouter, une collecte de fonds auprès des entreprises, associations et bonnes volontés est prévue au profit du gouvernement à travers le ministère de la Santé pour l'acquisition d'équipements médicotechniques au bénéfice du centre national des grands brûlés.

Le ministre du commerce, de l'industrie et de l'artisanat, Harouna Kaboré a souhaité bon vent et joyeux anniversaire à la chambre de commerce. Selon lui, cette institution est parvenue à l'âge de la sagesse et n'a cessé de jouer le rôle qui est le sien au sein de la société.

Burkina Faso

Tour du Faso - Le parcours de l'édition 2018 dévoilé

Les organisateurs du Tour international cycliste du Faso (2.2 à l'UCI) ont rencontré la presse jeudi pour… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.