12 Juin 2018

Cameroun: Crise anglophone - Dans un nouveau rapport, Amnesty International dénonce l'escalade de la violence et interpelle les autorités Camerounaises.

Le piège de la violence meurtrière

Suivre @camerbe

Elle se fonde sur des entretiens approfondis avec plus de 150 victimes et témoins, ainsi que sur des preuves matérielles, notamment des images satellites. « Dans les régions anglophones du Cameroun, la population est prise au piège d'une violence meurtrière. Les forces de sécurité ont tué aveuglément, arrêté et torturé des personnes lors d'opérations qui ont fait des milliers de déplacés. Cette réaction brutale ne peut aucunement endiguer la violence. Il est même probable qu'elle isole encore davantage la population anglophone et alimente les troubles,»

Des affrontements

Pour l'organisation, l'escalade de la violence observée ces derniers temps dans ces régions anglophones est partagée. « Les séparatistes armés, ont tué des dizaines de membres des forces de sécurité. Ils ont aussi mené des attaques destinées à terroriser la population, allant jusqu'à incendier des écoles et à agresser des enseignants qui ne participaient pas au boycott. » En réaction, l' « armée camerounaise s'est livrée à des arrestations arbitraires, des actes de torture, des homicides illégaux et des destructions de bâtiments »

Des attaques

Avec des exactions et des arrestations de tout genre « des personnes ont été arrêtées arbitrairement et torturées dans des lieux de détention illégaux et tenus secrets. Au moins 23 personnes, dont des mineurs » Des Attaques contre des écoles et agressions d'enseignants par des séparatistes « Le rapport indique que des enseignants et des élèves ont été pris pour cible par des séparatistes parce qu'ils ne participaient pas au boycott des écoles, que beaucoup considèrent comme le symbole de la marginalisation de la langue anglaise et de la culture des régions anglophones par les autorités. Au moins 42 écoles ont été attaquées par des séparatistes armés entre février 2017 et mai 2018 »

Les autorités interpellées.

Pour Amnesty International, « Le fait que les séparatistes armés ne cessent de s'en prendre à la population témoigne d'un mépris total à l'égard de la vie humaine et met en lumière la menace qui pèse sur les habitants des régions anglophones, » Il faut des lors que « les autorités amènent les membres des forces de sécurité et les séparatistes armés qui auraient commis des infractions à répondre de leurs actes. Elles doivent immédiatement mettre fin au recours excessif, illégal et inutile à la force et veiller à ce que la population soit protégée. »

Cameroun

Ordre souverain de Malte - Le Grand-Maître au Palais

Au deuxième jour de la visite officielle de Son Altesse Eminentissime Fra'Giacomo Dalla Torre Del Tempio Di… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.