13 Juin 2018

Congo-Kinshasa: Ne pas s'emballer !

L'on ne devra pas s'emballer. Certes ! Il est provisoirement libéré, le Sénateur congolais. Mais, il devra passer par quelques formalités pour enfin pouvoir humer l'air frais du royaume de Belgique, nation sur laquelle il a personnellement porté son dévolu pour jouir de sa liberté provisoire.

Il faudra donc à ses compatriotes du quartier Matonge de Bruxelles, et tant d'autres dans le reste du monde, d'apprendre à prendre leur mal en patience car, ça ne devrait logiquement plus tarder. Il est désormais question de lui octroyer des dossiers qui occultera l'option de le voir être attribué le statut de "sans papier".

Depuis hier, en effet, le mari de Lilia Teixeira est logé dans un hôtel à La Haye. L'informel n'étant pas conjugable dans le cas de cet ex-prisonnier de la Cour Pénale Internationale qui, lors de son arrestation, portait, semble-t-il, la nationalité portugaise, le pays qui lui ouvrirait ses portes devra faire un accord des principes avec la CPI et passer par quelques préalables lui permettant d'être on ne peut plus à l'aise, loin de cette ville dans laquelle il a passé dix ans jour pour jour.

Au premier plan, l'histoire retiendra de cette affaire, une plainte portée à hauteur de 36 000 pages contre l'ancien Vice-président congolais, l'accusant par la suite d'être civilement responsable des atrocités commises par ses troupes envoyées pourtant à la rescousse de l'ancien Président centrafricain, Ange-Félix Patassé dans les échauffourées qui l'opposaient de la manière la plus directe avec son opposant rebelle, François Bozize.

Du reste, ce sera ce fameux acquittement intervenu le 8 juin en appel dans l'affaire principale pour laquelle il devait purger 18 ans sous la vigilance accrue de son geôlier de Scheveningen et son sous-jacent dernier acquittement dans la seconde affaire de subornation de 14 témoins.

Nombreux se questionnent actuellement de savoir ses réelles intentions une fois la lourdeur quittera ses camps pour se voir escorté en Belgique. Aussi, l'on attend de connaître la couleur de sa carte sur le plan national où l'attendent les membres du MLC au congrès qui se projette au mois de juillet 2018. Réaliste, Bemba évitera de s'emballer et aller vite en besogne. Est-il utile de souligner que cette affaire aux allures politiques depuis son entame l'ait apporté de l'expérience ? Non ! Car, il est souvent conseillé de reculer pour mieux sauter. Et ça, il a bien appris à le faire.

Quoi qu'il en soit, il ne peut pas manquer de plan en demandant l'exil à la Belgique. Reste à savoir lequel.

Le temps quant à lui ne ralenti pas sa course. Au contraire, il pousse certains à revoir leurs initiatives, à l'exemple de la CENI qui affirme que ses BRTC vont ouvrir leurs portes dès le samedi 23 juin pour recevoir les mandataires des partis et regroupements politiques avec qui elle venait tout récemment d'harmoniser les quelques sujets d'éligibilité aux prochaines élections de décembre.

Avec la suite des machines à voter qui viennent d'arriver, l'on doit se dire que Nangaa est définitivement prêt à parachever son calendrier.

Désormais, réfléchir est conseillé, mais se dépêcher aussi, car plus ça traîne d'un côté, mieux ça avance de l'autre. Les élections de décembre ne sont pas de nature à attendre l'arrivée de qui que ce soit, encore moins le retour de quiconque. Aux avertis d'allumer la bougie, plutôt que de maudire l'obscurité.

Congo-Kinshasa

En Namibie, Kabila parle pour la première fois depuis l'annonce de son départ

Le sommet des chefs d'Etat de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), s'est ouvert ce… Plus »

Copyright © 2018 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.