14 Juin 2018

Mauritanie: D'anciens esclaves dénoncent l'accaparement de leurs terres

Ils sont libres, mais pas d'accéder à leur terre, c'est ce que dénoncent d'anciens esclaves libérés dans la vallée du fleuve en Mauritanie. C'est le cas des dizaines de familles des villages soninkés du Guidimakha, spoliées de leurs terres agricoles par leurs anciens maîtres. Des familles qui ont décidé en dernier recours d'organiser un sit-in devant la présidence de la République à Nouakchott.

Les anciens esclaves du village de Daffor, à 60 kilomètres de Selibaby, dans l'est mauritanien, ne peuvent plus mettre en valeur leurs terres ancestrales. Ils sont empêchés par les anciens maîtres qui voient d'un mauvais oeil leurs velléités d'émancipation.

Baliou Coulibaly, leur porte-parole, dénonce l'occupation illégale des terres : « Nous sommes là, aujourd'hui, pour manifester contre l'occupation illégale des terres de braves citoyens du village de Daffor par les lobbys esclavagistes. Et ce phénomène, effectivement, a éclaté à Daffor. Mais c'est un phénomène général qui existe pratiquement dans tous les villages soninkés. Aussi bien au niveau du Guidimakha qu'à Gataga, qu'à Kaédi et dans tous les villages ».

De nombreux villages ont envoyé des délégués pour participer à ce sit-in devant la présidence. C'est le cas de Yassa Ali : « Les féodaux se sont rassemblés pour dire que depuis que le village existe, vos grands-parents, vos pères, vos mamans étaient tous des esclaves. Et vous, si vous refusez d'être des esclaves, les terres qui sont là, elles sont à nous ».

Un collectif d'associations de lutte contre l'esclavage et ses séquelles, s'est constitué pour aider les paysans à récupérer leurs terres. La terre appartient à celui qui la met en valeur et c'est une loi mauritanienne de 1983 qui le dit.

Mauritanie

Les deux journalistes arrêtés remis en liberté provisoire

Incarcérés pendant une semaine, deux journalistes mauritaniens ont été placés en… Plus »

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.