14 Juin 2018

Congo-Brazzaville: Dommages écologiques - Les impacts évalués à 18% du PIB mondial d'ici à 2050

Les dégâts environnementaux pourraient coûter 18% de la production économique mondiale, a indiqué Allianz Global Corporate & Specialty (AGCS), dans un rapport sur les risques liés au capital naturel.

Le document indique que le chiffre représenterait un total de 28,6 milliards de dollars. Selon l'AGCS, cet impact économique des dommages écologiques pourrait être dû à une hausse continue de l'exposition de plusieurs secteurs d'activités clés de l'économie mondiale aux risques liés au capital naturel (c'est-à-dire l'ensemble des ressources naturelles permettant la production de biens et rendant des services écologiques).

Une mauvaise gestion des ressources naturelles accroît les risques d'interruption d'activité et de responsabilité civile des entreprises. Ces dernières font face à un nombre croissant de nouvelles menaces liées à l'épuisement du «capital naturel», telles que la hausse des coûts due à la pénurie de ressources, le renforcement de la réglementation ainsi que la pression des collectivités et de la société qui ne cessent de s'accentuer, souligne AGCS.

Les ressources naturelles, comme l'air pur et l'eau douce, sont essentielles pour les entreprises mais sont gravement menacées dans de nombreux secteurs d'activité. Leur mauvaise gestion n'a pas seulement des effets directs sur l'environnement. Elle peut aussi interrompre l'activité des entreprises et mettre en cause leur responsabilité civile. De telles situations sont susceptibles de réduire à néant leurs bénéfices et de compromettre leurs modèles économiques, indique l'assureur.

« Dans le monde entier, les entreprises sont de plus en plus confrontées aux conséquences négatives de l'épuisement du capital naturel », explique Chris Bonnet, responsable des services aux entreprises en matière environnementale, sociale et de gouvernance chez AGCS, avant de poursuivre : « L'utilisation durable des ressources naturelles est essentielle pour la réussite future de la plupart des entreprises. Or, si elles sont de plus en plus conscientes de leur empreinte sur le capital naturel, nombre d'entreprises doivent mieux comprendre les menaces spécifiques qui peuvent toucher leur secteur ou les viser en particulier, et mieux connaître les solutions d'atténuation disponibles. »

L'analyse sectorielle de l'assureur auprès de deux mille cinq cents entreprises montre que le pétrole et le gaz, l'exploitation minière, l'alimentation et les boissons ainsi que les transports sont les secteurs plus exposés aux risques liés au capital naturel. Face à la pression croissante de leurs publics en faveur du développement durable, les entreprises doivent impérativement évaluer et gérer leur impact sur le capital naturel et leur dépendance à cet égard, note l'organisation.

Notons que selon les prévisions, les pertes annuelles liées au changement climatique pourraient atteindre 1% du produit intérieur brut (PIB) mondial si les mesures adéquates sont prises pour les réduire. Cependant, le rapport indique qu'ils pourraient atteindre les 5%, si les économies de la planète tardent à répondre à ce phénomène dont les implications de tout ordre (économiques, sociales et environnementales) ne cessent de croître.

Congo-Brazzaville

15 août 1960 - Jour de l'indépendance du Congo

C'est au terme d'un long processus historique que vint l'indépendance du Congo. Depuis, chaque… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.