14 Juin 2018

Congo-Kinshasa: Crimes contre les changeurs des monnaies - Mova déclara la guerre à l'insécurité !

Jeudi 14 juin 2018, les changeurs des monnaies, mieux connus sous le nom de cambistes, avaient promis une journée de grève pour protester contre l'assassinat de l'un d'entre eux, en la personne d'Arthur Ilumbe.

Ledit jeudi, justement, coïncide avec le début des obsèques de l'illustre disparu qui fut à l'heure de sa mort, le 25 mai, causée par des malfrats, Vice-président de la fédération des Cambistes du Congo-Kinshasa. Alors que marches et grèves étaient annoncées, Henri Mova Sakanyi, Le VPM en charge de la sécurité intérieure au pays, a tenu à réconforter et même apaiser les changeurs qui, d'ailleurs, n'ont ni marché, ni grevé.

Ce, notamment par sa présence aux obsèques du défunt. Dans un post personnel sur la toile, le Vice-Premier Ministre, Ministre de l'Intérieur et Sécurité a livré le fond de sa démarche comme étant un engagement pour lutter davantage contre la criminalité au pays, en général, à Kinshasa, en particulier.

Henri Mova a tenu à réconforter par sa "présence " la famille éplorée et à rassurer la population que le Gouvernement affronte le problème de criminalité et travaille encore plus à la protection des personnes et de leurs bines. "La police nationale congolaise continue à mener des enquêtes pour mettre la main sur les auteurs du sinistre qui a coûté la vie au cambiste ", a-t-il annoncé.

Retour sur les faits

D'après la consœur Touteheure.com qui a relayé trait-à-trait la disparition d'Arthur Ilumbe Lengela, il serait mort d'une balle lui administrée à la poitrine par des bandits armés, s'emparant, au passage, d'une fortune de 50.000$US devant un poste de police soigneusement désertés par ses occupants.

Une scène digne d'un Far West qui se passe devant le commissariat de police Inga container/Bandal étrangement vide au motif que les policiers ont pris le large à la suite de coups de feu nourris qui accompagnaient la course- poursuite de l'infortuné par des bandits armés le long de l'avenue Inga, non loin de la banque du sang, à quelques encablures de l'école Joyeux Lutins.

Quelques minutes plutôt, ce cambiste à bord d'une voiture taxi qui revenait du centre ville où il preste au niveau du marché central, sera pris dans la nasse des braqueurs, visiblement alertés, le prenant en chasse à bord d'une Jeep 4X4 au niveau du bar Metro en face de la cité Oasis. Sous des coups de feu nourris tirés par ces derniers, le quartier était paniqué et en état d'alerte, la voiture taxi va se frayer difficilement un chemin pour échapper au piège lui tendu.

A entendre les témoins, le chauffeur, qui connait bien le coin, tentait de gagner le commissariat de police le plus proche pour se mettre à l'abri.

La voiture taxi, qui essuiera plusieurs tirs au passage, arrivera péniblement au commissariat Inga container, les pneus complètement crevés. A sa grande surprise, il y découvrira un commissariat vidé des policiers. Sans aucune résistance, les assaillants ont eu toute la facilite de cueillir leur victime comme un fruit mûr.

Avant de se dissimuler dans la nature, ils prendront soin de récupérer la fortune logée au coffre arrière de la voiture, tenant en respect tout un quartier complètement tétanisé.

Atteint d'une balle à la poitrine, Arthur Ilumbe, admis dans un centre de santé le plus proche, succombera de ses blessures, quelques heures plus tard. Son compagnon de fortune, Trésor, s'en est sorti sain et sauf pour avoir simulé la mort.

Quant au chauffeur, que les assaillant avaient embarqué dans leur jeep après le forfait mais revenu au lieu du crime quelques heures plu tard, il serait gardé par la police pour besoin d'enquête. L'infortuné qui laisse une veuve et 8 enfants était vice-président du comité des cambistes du marché central.

Le deuil se tenait avant ses obsèques à son domicile au numéro 31, avenue Pumbu, non loin du lieu du crime. Sauf changement de programme, il devra être inhumé ce vendredi. Il sied de signaler que les cas des cambistes agressés sont légions à Kinshasa. D'où, y a-t-il véritablement nécessité que les autorités compétentes se mettent à pied d'œuvre.

Congo-Kinshasa

Ebola en RDC - Les réticences des familles face aux enterrements sécurisés

En RDC, l'épidémie du virus Ebola qui sévit dans l'est du pays va encore durer quelques mois. C'est… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.