Togo: L'opposition veut changer les règles du jeu

Photo: Le Pays
Manifestation au Togo
16 Juin 2018

La Cour constitutionnelle a rappelé récemment l'obligation pour le Togo d'organiser des élections législatives. Le mandat des députés s'achèvera le 19 août. Rien de plus normal en démocratie.

'La Cour constitutionnelle vient de faire encore une fois la preuve qu'elle n'est pas au service de la République mais d'un homme et son clan', a estimé samedi Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, la coordonnatrice de la coalition de l'opposition.

Cette responsable affirme par ailleurs que le communiqué de l'institution est une 'distraction' à laquelle la population ne doit pas céder.

Le point de vue de Mme Adjamagbo-Johnson n'est pas surprenant.

La plupart des opposants ne veulent pas entendre parler d'élections. Ils agissent comme si le Togo était une république bananière, sans règle et sans institution.

Leur philosophie est radicale, chasser du pouvoir le chef de l'Etat, légalement élu, pour prendre sa place. Et pour cela, pas besoin de passer par la case élection.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.