18 Juin 2018

Madagascar: Résilience aux risques et catastrophes - L'approche communautaire indispensable

Ne pas attendre les organismes de gestion des risques et catastrophes pour agir. Des gestes automatiques que de nombreuses populations des zones à risques ne savent pas toujours faire, faute de sensibilisation en matière de résilience.

La côte Est de la Grande Ile est réputée pour les passages annuels des cyclones. Des passages qui provoquent des pertes lourdes aussi bien matérielles qu'humaines. Et même si le passage des cyclones se fait chaque année, la population de beaucoup de régions de la partie Est du pays ne sait toujours pas comment faire avant, pendant et après ledit passage. Ce qui accroît davantage les dangers et par ricochet les pertes pouvant survenir. Comme l'a attesté Hamed Ibrahim, maire de la commune rurale d'Ilaka-Est : « Chaque année, beaucoup de personnes se retrouvent sans abris à cause de la montée des eaux causée par le passage des cyclones. Et comme chaque année, nous faisons en sorte de les déplacer pour limiter les pertes, surtout humaines».

Hamed Ibrahim d'ajouter que dans «la commune rurale d'Ilaka-Est, près de 200 foyers se retrouvent chaque année sous les eaux et sont déplacés». Interrogé sur ce que la commune entreprend pour changer les donnes, le maire d'Ilaka-Est a fait savoir qu'un «projet de déplacement de la population vulnérable est en gestation». «Il serait plus sûr de déplacer complètement la population afin de refaire les mêmes gestes chaque année» a-t-il renchéri. La mise en place des Club de Résilience aux Risques et Catastrophes ou Club RRC voudrait également changer les choses en donnant à la population plus d'outils lui permettant de faire face aux risques et catastrophes.

Communautaires. Le Club RRC consisterait en des actions de sensibilisation et de formation de la communauté quant aux actions et gestes à entreprendre pour faire face à des catastrophes naturelles. Mise en place dans le district de Vatomandry, région Atsimo Atsinanana, les Club sont composés d'enseignants et d'élèves. Ayant comme objectif de sensibiliser les enfants - avant tout - sur les bons gestes à avoir en cas de catastrophe, les clubs RRC voudraient renforcer les capacités des communautés afin de limiter les pertes. Comme l'a fait savoir Mainty Antsa Narindra Seheno, enseignante auprès de l'EPP Niarovana Caroline - district de Vatomandry: «le club RRC a pour objectif de sensibiliser les élèves sur les dangers et risques des catastrophes naturelles. Une sensibilisation qui s'étend ensuite à toutes personnes composant la population d'un endroit donné».

L'approche communautaire semblerait faciliter la conscientisation de la population. Hamed Ibrahim, maire d'Ilaka-Est d'en témoigner:« Etant donné que des membres de la communautéqui participent aux sensibilisations, les restes de la population sont plus réceptives aux messages et sensibilisations. Les catastrophes pouvant survenir à tout moment, il est important que la population sache ce qu'elle doit faire pour limiter les dégâts et les pertes. Le Club RRC est un bel exemple d'approche citoyenne et communautaire en matière de résilience aux risques et catastrophes.

Madagascar

Le dernier coup de collier de la campagne électorale

On est maintenant dans la dernière ligne droite de cette campagne électorale qui va déboucher sur… Plus »

Copyright © 2018 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.