18 Juin 2018

Tunisie: « La BCT n'avait pas d'autres choix que d'augmenter son taux d'intérêt directeur » (Tarek Cherif)

Tunis — « Face à un taux d'inflation de 7,7%, la Banque centrale de Tunisie n'avait pas d'autres choix que d'augmenter son taux d'intérêt directeur et si la situation continue sur cette lancée, il faut s'attendre à d'autres corrections de ce taux », a affirmé, lundi, le président de la Conect, Tarek Cherif.

Contacté par l'agence TAP, pour commenter la dernière révision à la hausse du taux d'intérêt directeur de 100 points de base, passant de 5,75% à 6,75%, le président de la 2éme centrale patronale du pays, a considéré que « la Tunisie qui se trouve dans le besoin de contracter des crédits auprès des institutions financières internationales, notamment la Banque mondiale et le FMI, doit se conformer aux exigences internationales en la matière, selon lesquelles le taux d'intérêt directeur ne doit pas être trop à l'écart par rapport à celui de l'inflation, pour maîtriser cette dernière ».

« La régulation de la politique monétaire via l'instrument du taux d'intérêt était donc la réponse de la Banque centrale à la montée de l'inflation qui risque de saper tous les fondamentaux de l'économie », a-t-il encore expliqué.

A la question de savoir s'il n'y a pas d'autres moyens pour juguler l'inflation outre celui de recourir à l'instrument du taux d'intérêt, Cherif a estimé que « les seules pistes possibles pour maitriser ce taux, résident dans un surcroît de travail avec plus de productivité, plus d'efficacité, plus d'exportations, plus d'endettement à l'échelle nationale plutôt qu'à celle internationale. Ces pistes là ne sont malheureusement pas très appréciées par les tunisiens qui favorisent toujours les options de facilité et qui se croient toujours dans une zone de confort, de laquelle ils refusent de sortir ».

Cherif a également, jugé nécessaire de sortir du dogmatisme ambiant et des considérations idéologiques portées par les uns et les autres, afin d'engager les grandes réformes, notamment celles des entreprises publiques. « Ces réformes ne doivent pas écarter la piste de la privatisation de certaines entreprises publiques, pour éviter à l'Etat les pertes colossales d'argent enregistrées annuellement par ces entreprises. Les montants ainsi, dégagés pourraient être réorientés vers les secteurs vitaux notamment l'éducation, la santé et le transport qui se trouvent dans un état lamentable».

Sinon, « à défaut d'engagement, il faut s'attendre à ce que les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets. Il ne faut pas oublier également, l'effet de l'augmentation des prix des matières premières, la rareté de certaines matières à l'échelle internationale et l'effet du glissement du dinar qui ont beaucoup alimenté l'inflation », a t-il souligné.

Les taux appliqués aux investisseurs seront de l'ordre de 10%

Interrogé sur les effets d'une telle augmentation du taux d'intérêt directeur de la BCT sur l'investissement et les entreprises, Cherif a indiqué que "malgré la décision prise par l'Etat de bonifier les taux d'intérêt, notamment en faveur des PME, les répercussions d'une telle augmentation sur l'investissement seront très néfastes. Nous craignons une aggravation du fléchissement de l'investissement, dont les taux sont déjà très bas. Au taux directeur avoisinant les 7%, il faut ajouter les marges appliquées par les banques, ce qui signifie que les taux appliqués aux investisseurs seront de l'ordre de 10%. Qui investira à 10% ? Pire, les 10% seront à mon avis réservés aux très bonnes signatures. Pour les PME et les nouvelles entreprises ces taux seront de 11 à 12% voire plus. Ces entreprises devront, pour pouvoir rembourser leurs dettes, faire des bénéfices de 20 à 25%, ce qui n'est possible qu'aujourd'hui, que dans très peu de secteurs!».

« Outre le fléchissement de l'investissement, cette augmentation favorisera le marché parallèle dont les marges de bénéfice sont plus confortables », a-t-il encore souligné.

Toujours selon Cherif, «les investisseurs étrangers ne seront pas concernés par cette augmentation car ils se financent généralement de l'extérieur ou auprès des banques internationales ayant des représentations en Tunisie et ils bénéficient de taux largement inférieurs. A titre de comparaison, le taux d'intérêt en France est de l'ordre de 1 à 2% ».

Pour atténuer les effets de la hausse du taux d'intérêt de la BCT, Cherif a souligné la nécessité, à court terme, d'une application effective de la bonification des taux, décidée en faveur des PME qui représentent plus de 90%, du tissu économique du pays.

Pour sortir de la crise, il recommande d'oser les réformes et de s'engager en faveur d'une véritable relance de l'économie.

Tunisie

Chawki Gueddes exprime ses réserves

Cependant, loin d'avoir provoqué une satisfaction unanime, elle a suscité l'ire du président de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Tunis Afrique Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.