18 Juin 2018

Burkina Faso: Crise au ministère en charge de l'économie

Le conseil des ministres, tenu le 18 juin 2018, à Ouagadougou, a pris plusieurs mesures parmi lesquelles le recrutement d'un personnel d'appoint pour faire face à la crise au ministère de l'Economie, des Finances et du Développement et la création d'une commission de recouvrement des chèques impayés.

Le gouvernement ne veut pas voir l'économie burkinabè plombée par les grèves à répétition au ministère de l'Economie, des Finances et du Développement. Pour faire face à cette situation au sein de ce département ministériel, il a décidé de recruter un personnel d'appoint composé notamment de retraités et de volontaires pour assurer la continuité du service.

La décision a été prise en conseil des ministres du lundi 18 juin 2018 à Ouagadougou. Malgré l'insistance des journalistes, le ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Remis Fulgance Dandjinou, n'a pas voulu préciser la durée du contrat qui va lier ces futurs agents au gouvernement.

L'hebdomadaire conclave des ministres a également décidé de la création d'une commission de recouvrement des chèques impayés qui s'élèvent selon le porte-parole du gouvernement à 37 milliards de francs CFA au 31 décembre 2017. Le ministre a expliqué qu'en dépit de certaines mesures prises en 2015, il existe encore un stock important de chèques impayés.

Remis Fulgance Dandjinou a indiqué que le fonds commun de 2018 sera maintenu comme initialement prévu et ne connaîtra un changement qu'en 2019 conformément aux recommandations du forum sur la rationalisation de système de rémunérations des agents publics.

Le gouvernement a, en outre, pris un décret portant création de l'Institut national de santé publique qui va fusionner trois structures que sont le Centre MURAZ de Bobo Dioulasso, le Centre de recherche en santé de Nouna et le Centre national de recherche et de formation sur le paludisme.

Ce nouvel institut a pour objectif de participer à une veille sanitaire plus accrue et vise à assurer une analyse avancée des données du système de santé au Burkina Faso, a précisé le ministre Dandjinou.

Le gouvernement a approuvé par ailleurs, les résultats des travaux de dépouillement d'un appel d'offres international pour la fourniture, l'installation et la mise en service d'équipements et de matériels médicaux techniques au profit du Centre hospitalier régional de Ziniaré pour un montant estimé par le ministre de la Communication à près de 3 milliards 470 millions de francs CFA.

Le conseil des ministres a décidé aussi du recensement général de l'agriculture de 2018 à 2020 qui permettra de faire un état du potentiel agricole.

Pour ce qui concerne les communications orales, le ministre de l'Education nationale et de l'Alphabétisation, Stanislas Ouaro, a informé le conseil du démarrage effectif du Brevet d'études du premier cycle (BEPC) et du Brevet d'études professionnelles (BEP) le 18 juin 2018 avec 315 000 candidats et le 19 juin du Certificat d'études primaires avec plus de 388 000 candidats. Il a fait savoir que certains établissements de la région du Sahel, notamment de la province du Soum, en raison de l'insécurité passeront leurs examens en septembre 2018.

Burkina Faso

Dialogue politique entre le pays et l'Ue

Les sept ambassadeurs des pays membres de l'Union européenne au Burkina Faso, ont tenu une rencontre avec des… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.