19 Juin 2018

Tunisie: «Carthage 2018» - Quelle priorité ?

Pointe la saison des festivals. Que nous réserve-t-elle de particulier ? Jusque-là, on n'a pas d'informations sur les programmes. Sur les grandes lignes, peut-être, oui.

De «Carthage», par exemple, nous parvient l'écho d'une édition 2018 que l'on voudrait «rentable», en priorité. Axée sur des affiches courues.

Des années que «Carthage» oscille entre la joute culturelle et le commerce d' un espace à spectacles. Mais rien n'a jamais vraiment convaincu. Les éditions culturelles se passaient devant des gradins vides. Alors que les sessions «rotaniennes» cumulaient argent et abrutissement.

Pourquoi un retour à «l'option marchande», cet été ?

Pour trois raisons, croyons-nous :

-- C'est d'abord une affaire de choix. Depuis une vingtaine d'années l'idée de réussite a basculé dans l'esprit des responsables festivaliers. Equilibrer le budget ou l'augmenter est devenu le critère. Pas l'éducation des goûts. Pas le contenu et la qualité des créations.

Le directeur de Carthage perd ou sauve sa place le plus souvent sur cette base. Pis : ceux qui justifient d'une avancée culturelle ou artistique sont les plus vite remerciés. Pis encore :une structure relevant du ministère des Affaires culturelles est, depuis 2014, la dernière «instance» de décision.

On obtempère à ses propositions ou on part. Pas d'autre «issue». Au bout du compte, diriger le Festival de Carthage de nos jours, c'est savoir «frayer» avec la hiérarchie et la bureaucratie de la tutelle. De cela seul dépend «la réussite» ou «l'échec». Le maintien au poste ou le renvoi.

-- C'est, ensuite, une question de «pénurie». Pénurie d'art et de stars. Les dossiers présentés par les artistes tunisiens sont rarement convaincants.

« Pas de niveau», rétorquent les commissions de sélection. Pas si faux. Depuis 90, les grandes créations locales se comptent sur les doigts d'une main : Nouba, El Hadhra, Ezziara (hier la veille), et puis pratiquement rien, que des reprises, du (mauvais) plagiat.

Des chanteurs et des chansons ? Le même «carré d'as» voilà un bail. Transfuges des années 80, Bouchnaq, Saber et Amina Fakhet, rejoints un peu plus tard par Ziad Gharsa. Eux seuls encore drainent des foules. Eux seuls font affiche, sont des stars. Eux seuls sont aptes à remplir le théâtre romain.

Eux seuls, c'est peu. Et ça comporte des risques. Amina négocie en position de force ses deux prochains concerts de «Carthage». Elle est hors concurrence. Les organisateurs, eux, sont dans l'embarras : ils ne peuvent tout de même pas programmer le même quatuor tous les ans.

-- L'ultime raison («le coup de massue» !) : la mondialisation et les publics de la mondialisation. Les musiques se sont diversifiées, «morcelées» ou «métissées».

Et les publics ont, inévitablement, suivi. Nos artistes se plaignent toujours de la présence «massive» des vedettes libanaises, syriennes et khalijiennes dans nos grands festivals.

Pour le comprendre il n'y a qu'à se référer à la diffusion et à la communication pratiquées par ces pays. Sans commune mesure avec les nôtres. Le marché oriental domine.

Nos responsables de festivals n'ont, pour l'heure, d'autres solutions que s'y conformer. Ces mêmes responsables doivent également se plier aux nouvelles musiques du monde, seules, aujourd'hui, à attirer la population majoritaire des jeunes générations.

Pour tout dire, la «bonne vieille approche culturelle» a comme vécu. Nos festivals se libéralisent à leur tour. L'époque le veut certes. Rappelons, néanmoins : les hommes, aussi !

Tunisie

Chawki Gueddes exprime ses réserves

Cependant, loin d'avoir provoqué une satisfaction unanime, elle a suscité l'ire du président de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.