19 Juin 2018

Tunisie: L'idée est bonne, sa mise en œuvre un peu moins

Dans ce cadre féerique de la cathédrale, toute représentation jouit d'emblée d'une valeur ajoutée offerte gracieusement par la magie des lieux.

C'était le cas, lundi soir, lumière aidant, les prestations artistiques présentées tour à tour par la vedette de la soirée, la chanteuse Myriam, par le pianiste Victor Maxence, ainsi que par les jeunes danseurs de la compagnie Shadow Artists ont été littéralement sublimées par la force suggestive de l'espace, sans parler de la valeur intrinsèque de chaque présentation.

Myriam, dans d'autres versions, Myriam Laraiedh, est accompagnée d'une troupe de musiciens sous la direction de Hamza Obba.

Avec sa voix mélodieuse, la chanteuse-auteure a commencé par dérouler ses propres compositions dont «Konna sghar», pour puiser ensuite dans le répertorie tunisien « Hezz Ayounek» ou encore «Youm galetli zin zin». Le registre oriental n'a pas été reste avec «Ghourabaou el leyl» entre autres.

Diversité de l'offre culturelle

C'est par un hommage à Tunis «la ville qui l'a adopté», que le pianiste, Victor Maxence, a présenté quelques courts morceaux dont il n'a pas donné le nom mais quelques aspects ; «du romantique un peu jazzy», selon ses propres termes.

Les danseurs de Shadow Artists ont apporté jeunesse, sourires, danses et bonne humeur sur les rythmes de la salsa, au début comme à la fin de la soirée. Le programme étant circulaire.

Si les parties du spectacle prises séparément peuvent se défendre autant que faire se peut, reliées ensemble elles ont péché par trop d'amateurisme. Et ce, depuis le retard conséquent pris par le spectacle, en passant par les divers problèmes causés par la sono, pour arriver au manque de synchronisation entre la chanteuse, parfois très mal à l'aise, et les musiciens.

Il fut un temps où un spectacle peut s'improviser, ou s'imaginer en théorie sur papier. Aujourd'hui compte tenu de la diversité de l'offre culturelle, du niveau d'exigence élevé, ce n'est plus possible.

Or, les répétitions ne semblent pas avoir été suffisantes pour présenter au final un produit fini, bien ficelé. Vers 22h15 et même plus tard, alors que le spectacle est censé avoir commencé, on en était encore aux derniers ajustements face à un public présent et très bienveillant.

Pour finir, le concept du spectacle qui tend vers l'éclectisme est intéressant et les finalités en sont incontestablement bonnes.

Tunisie

Club Africain - Saber Khalifa prêté à un club koweïtien

Saber Khalifa quitte la Tunisie pour le Koweit. L'attaquant du Club Africain de Tunis s'est engagé ce dimanche… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.