19 Juin 2018

Afrique de l'Ouest: UEMOA - Vers la mise en place d'institutions de concurrence fortes et indépendantes

Pour doter les pays membres de l'Uemoa d'un marché sous régional fort, le directeur de cabinet du ministre du Commerce recommande la mise en place d'institutions de concurrence fortes et indépendantes. Augustin Faye présidait, à Dakar, la cérémonie d'ouverture d'un séminaire régional sur la législation communautaire de la concurrence qui se déroule du 18 au 22 juin.

Le directeur de cabinet du ministre du Commerce préconise la mise en place, dans les Etats de l'Uemoa, d'institutions de concurrence suffisamment fortes et indépendantes afin de prendre en charge les tâches relatives à la régulation concurrentielle. Augustin Faye qui présidait, hier, à Dakar, un séminaire régional sur la législation communautaire de la concurrence à l'intention des magistrats des juridictions nationales et des responsables des autorités de concurrence estime que c'est à travers cette perspective que les pays de l'Uemoa pourraient disposer d'un environnement concurrentiel rationnalisé.

Cependant, la mise en place de ces institutions, dira-t-il, nécessite un renforcement des capacités des autorités de concurrence par l'amélioration conséquentes de leurs ressources financières et humaines et de leurs aptitudes techniques. En effet, pour mieux renforcer la compétitivité des activités économiques des Etats membres de l'Uemoa, M. Faye indique qu'il est nécessaire de mettre en œuvre certaines règles de bonnes pratiques pour « réguler les comportements des agents économiques ».

Par ailleurs, pour le représentant résident de la Commission de l'Uemoa à Dakar, Dossolo Diarra, il faut veiller sur la transparence des règles de concurrence et sur la totale clarté de leur application. A défaut, dit-il, «le risque est important de voir se développer des distorsions sur le marché liées au comportement des entreprises et des Etats membres ».

De tels risques, ajoute M. Diarra, seraient préjudiciables à l'efficacité économique et à l'intérêt des consommateurs. «Ce séminaire vise à informer les participants sur les enjeux liés à l'application des lois et des principes de la concurrence dans une économie de marché et à doter les autorités de régulation de la concurrence et des magistrats appeler à examiner ces règles d'outils nécessaires à l'appréciation des contentieux soumis à leur examen », informe Dossolo Diarra.

Le directeur de cabinet du ministre du Commerce, Augustin Faye, rappelle que depuis l'entrée en vigueur des textes sur la concurrence, des efforts restent à faire pour promouvoir un environnement suffisamment concurrentiel.

Pour cela, il pense qu'il serait judicieux de procéder à une révision de la législation sur la concurrence afin de mieux définir la répartition des compétences entre la Commission de l'Uemoa et les commissions nationales de concurrence.

Cette révision va permettre de déterminer, dans le même sillage, les règles de concurrence à l'intérieur des marchés de l'Union. «Il ne subsiste aucun doute sur l'importance du droit de la concurrence dans le développement de nos Etats. Il faut donc renforcer les acquis et accélérer les réformes relatives à la construction d'un marché régional dynamique porteur de croissance et de développement pour nos économies », recommande Augustin Faye.

Sénégal

Le Congo et le Sénégal font jeu égal

Venus à Brazzaville en quête d'un bon résultat, les Lionceaux de la Teranga du Sénégal… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.