19 Juin 2018

Sénégal: Babacar Diagne - «L'état doit être plus ambitieux... »

Le Sénégal gagnerait plus dans l'exploitation pétrolière et gazière s'il se résout à mettre en place des mécanismes d'autofinancement et un comité scientifique de validation de toutes les dépenses effectuées par les compagnies internationales aux fins d'éviter toute escroquerie.

C'est la conviction du président du Conseil national des entreprises du Sénégal, Babacar Diagne, et il l'a fait savoir hier, lundi 18 juin, lors d'un point de presse tenu à cet effet.

Le président du Conseil national des entreprises du Sénégal Babacar Diagne, n'ayant pas pris part aux concertations nationales sur l'exploitation des ressources pétrolières et gazières tenues le mardi 12 juin, au Centre de conférence international Abdou Diouf de Diamniadio, s'exprimait sur les futurs blocs à céder par appel d'offre. Il a estimé que l'Etat doit être plus audacieux en mettant en place un fonds souverain 100% sénégalais.

Et ce, en lançant un eurobond de 5 à 10 milliards sur une durée d'un an et d'une maturité de 10 ans (payable). « Forer nos puits, un après un, sans avoir à les vendanger à partir de nos propres ressources nous permettra sans doute d'autofinancer notre économie et par ricochet émerger.

Parce qu'en réalité, forer un puits ne coûte pas plus de 1600 milliards. Lever 10 000 milliards payables sur 20 ans pourra dans quelques années (5 ans, 10 ans) nous permettre d'être autonome économiquement».

Pour lui, «Le plus grand bénéfice de ces ressources pétro-gazières doit revenir aux Sénégalais. Quitte à payer une taxe spéciale au taux de 2% sur la Tva pour financer le fonds d'investissement devant permettre de forer les puits récents», a-t-il soutenu face à la presse.

Mieux, sur la gestion transparente de ces ressources pétrolières et gazières, il préconise la mise en place d'un comité scientifique qui aura la charge d'auditer toutes les charges d'exploitation. Parce qu'en réalité, dit-il: «C'est là, le plus grand piège à éviter.

Car, les entreprises opérant peuvent avancer de faux chiffres qui vont nous coûter cher. Et pour éviter ce piège, il faut nécessairement que l'Etat du Sénégal puisse avoir un œil sur toutes les dépenses à effectuer ou effectuées», alerte-t-il.

Le patronat sénégalais a échoué !

Dans le même registre et sur un autre point relatif au nouveau club des investisseurs sénégalais lancé la semaine dernière, Mr Diagne approuve et dit espérer que celui-ci va relever le défi à savoir les intérêts des entreprises sénégalaises. Cette "inertie" et cette gestion "clanique" a impacté négativement sur le secteur privé national.

Et de s'étendre: «Depuis quatre ans que nous alertons. Mais rien à faire. D'où l'urgence de repenser le modèle économique du patronat sénégalais. Lequel est en déphasage avec les règles du jeu économique. Et je crois sincèrement que le club des investisseurs sénégalais vient à son heure. J'ai confiance au président dudit club.

Et nous espérons qu'il aura la démarche inclusive pour faire mieux que le patronat sénégalais». Pour s'en convaincre, dira-t-il, «Ce qui se passe dans le monde est assez illustratif.

Les Etats-Unis viennent de le démontrer à suffisance avec les nouvelles taxes sur l'acier et l'aluminium imposées de façon unilatérale aux pays producteurs. On ne peut faire valoir le prétexte d'être signataire de conventions, d'accords... alors que nos intérêts sont menacés», a-t-il fait valoir.

Et d'ajouter: «Aujourd'hui, il faut créer des champions dans tous les secteurs de vie économique, des vrais milliardaires sénégalais capables de créer des emplois et de générer des revenus pour porter la croissance économique de ce pays...

Et sur ce plan, le club des investisseurs sénégalais a fort à faire pour créer des entreprises dignes de nom, des industries aux fins de créer de la valeur ajoutée.

Et ce, en mettant en place un secteur privé national viable et fiable capable de gagner tous les marchés nationaux», a-t-il dit avant de s'en désoler: «Nous sommes en train de jour en jour d'être transformés en grand consommateurs. Parce que le commerce est en train de prendre le dessus sur la vie économique du Sénégal».

Sénégal

Poutine offre aux détenteurs de Fan ID la possibilité de rester jusqu'en fin décembre

Moscou : Bonne nouvelle pour les détenteurs de Fan ID présents à ce Mondial 2018. Le… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.