19 Juin 2018

Ile Maurice: La violence de mal en pis - Deux femmes enceintes se font agresser

L'une a 21 ans et l'autre 32 ans. Toutes deux attendent un enfant. Et toutes deux ont été agressées... C'est ce qu'elles racontent dans leur plainte respective. Les deux incidents ont eu lieu durant le week-end.

La première, dans sa plainte déposée à la police de Rivière-des-Anguilles le lundi 18 juin, avance qu'elle a été brutalisée par sa belle-famille lors d'une bagarre. Enceinte de quatre mois, la jeune femme a affirmé aux enquêteurs qu'elle a été frappée au visage par ses beaux-parents. Elle a ajouté que son beau-frère, dans un excès de rage, l'a poussée. Elle a alors perdu l'équilibre et a atterri par terre.

Lors de cet incident qui se serait déroulé chez son beau-père, à Rivière-des-Anguilles, elle était en compagnie de son époux. Ce dernier, un homme de 29 ans, a soutenu aux policiers qu'il a lui aussi été agressé par son père et son frère et qu'il a été blessé au cou.

Autre version

L'autre frère, âgé de 26 ans, a rapporté cette bagarre familiale au même poste de police. Il a avancé qu'il était dans le salon quand son frère a voulu forcer la porte d'entrée pour s'introduire dans la maison. Son père a alors perdu l'équilibre et est tombé à terre. «J'ai dû intervenir afin de calmer les deux. Il a voulu étrangler mon père et mes voisins ont dû les séparer. Mais cela ne l'a pas empêché de prendre une brique pour l'envoyer sur moi. Les voisins l'ont arrêté. J'ai été blessé à la gorge et à la joue.»

Le père de 60 ans a également porté plainte. Il a expliqué qu'il ne voulait pas que son fils de 29 ans vienne chez lui. «Je lui ai demandé de ne pas entrer chez nous mais il a ouvert le portail sur moi. Je suis tombé. Il a voulu envoyer une brique sur moi et mon autre fils de 26 ans. Heureusement que les voisins sont intervenus pour nous sauver à temps.»

La seconde victime

Quant à la seconde femme enceinte, elle incrimine son compagnon, âgé de 30 ans. Les faits se seraient déroulés chez ce dernier à Cassis. La jeune femme a été admise à l'hôpital Dr A.G. Jeetoo. Les coups reçus risquent de mettre sa vie, de même que celle du bébé à naître, en danger.

Le compagnon, Mike Kelly Lavigilante, a été arrêté et a comparu le lundi 19 juin devant le tribunal de Port-Louis. Il a été inculpé pour «breach of Domestic Violence Act». Lors de son interrogatoire, l'homme a nié les faits qui lui sont reprochés. Il a retrouvé la liberté conditionnelle, après avoir fourni une caution de Rs 5 000.

Elle voulait rompre

Rencontrée sur son lit d'hôpital, l'habitante de Pailles explique que son concubin est un homme violent. Parfois, il n'hésitait pas à débarquer chez elle, un sabre à la main. Ainsi, samedi, la jeune femme affirme qu'elle n'en pouvait plus de ses actes de violence envers elle. Elle voulait le quitter. C'est alors que son compagnon serait entré dans une rage folle.

La victime, qui est aussi mère d'un garçon de 15 ans, issu d'une précédente union, explique qu'elle a fait la connaissance de son concubin en janvier dernier. Elle fait, depuis, le va-et-vient entre Pailles et Cassis. Elle dit ignorer qu'il était un homme violent. En découvrant son vrai visage, elle a voulu mettre un terme à cette relation mais son compagnon, usant de violence, refusait de rompre.

Elle dit craindre pour sa sécurité. «Samedi, il s'est mis à me tabasser à coups de poing et m'a menacé avec un couteau. Il m'a aussi donné des coups de pied», raconte la victime. Elle confie qu'elle a pu s'enfuir et a ensuite appelé ses proches, qui l'ont transportée à l'hôpital. Elle a porté plainte au poste de police de Bain-des-Dames.

Ile Maurice

Sucre - «Nou pou fer soulevman si aplik rapor», prévient le Joint Negotiating Panel

«Le Joint Technical Committee est en réalité un Joint Technical Conspiracy visant à… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.