20 Juin 2018

Burkina Faso: Procédure de télépaiement des impôts et taxes - Banques et gouvernement signent une convention de partenariat

La ministre en charge de l'économie, Rosine Coulibaly et le président de l'Association professionnelle des banques et établissements financiers, Martial Goeh-Akué, ont signé une convention de partenariat, le mardi 19 juin 2018, à Ouagadougou, pour mettre en œuvre la procédure de télépaiement des impôts et taxes dénommée eSINTAX.

Le gouvernement burkinabè et des banques veulent concrétiser le projet de procédure de télépaiement des impôts et taxes (eSINTAX) lancée en avril 2018. Sur cette base, ils ont signé, le mardi 19 juin 2018, à Ouagadougou, une convention de partenariat technique.

Pour la ministre de l'Economie, des Finances et du Développement, Rosine Coulibaly, c'est une collaboration qui va permettre au Burkina Faso d'améliorer son indice ''Doing business" et d'accroître ses recettes fiscales.

Elle a salué la disponibilité de la douzaine de banques à accompagner l'exécutif burkinabè. Le président de l'Association professionnelle des banques et établissements financiers (APBEF), Martial Goeh-Akué, par ailleurs, directeur général de Orabank, a signifié à Rosine Coulibaly leur disponibilité dans ce sens.

«Vous pouvez compter sur nous pour rendre opérationnel le projet», a-t-il rassuré. Martial Goeh-Akué est convaincu que la concrétisation de la procédure de paiement en ligne des impôts et taxes va faciliter la vie des contribuables. «C'est un projet tout à fait naturel qui va propulser le Burkina Faso au rang de pays qui propose de meilleurs services à ses clients», a-t-il souligné.

Le président de l'APBEF a exprimé le souhait des banques à participer à la prochaine campagne de sensibilisation du gouvernement pour informer largement les populations.

Le directeur général des impôts, Adama Badolo, a indiqué que cette signature de convention avec les banques, ''clientes directes" de la direction générale des impôts, constitue une étape importante du processus de digitalisation de l'administration.

Cette réforme majeure, a-t-il expliqué, a pris forme depuis 2016 dans le but de rendre de meilleurs services aux usagers. Adama Badolo a, en sus, assuré qu'après le paiement en ligne, va suivre celui via les téléphones portables au profit des ''petits" clients.

Burkina Faso

Procès du putsch manqué au pays - Le rôle de la Côte d'Ivoire en question

Au Burkina Faso, le procès du coup d'Etat de septembre 2015 continue. Les autorités ivoiriennes ont-elles… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.