20 Juin 2018

Madagascar: Tourisme - Plusieurs destinations menacées de fermeture

Les différents acteurs qui entreprennent dans le secteur du tourisme se manifestent tous ensemble, face à l'insécurité qui touche de plus en plus leurs activités. Des solutions doivent être appliquées immédiatement, d'après leurs dires.

Trop de morts à tel point que les opérateurs économiques craignent la mort du tourisme. Les représentants des Offices régionaux, ainsi que de la Fédération nationale des guides l'ont annoncé hier, lors d'une conférence de presse qu'ils ont organisée avec les victimes de l'insécurité sur les circuits touristiques. En effet, en moins de 10 jours, deux guides touristiques ont été tués. Des dizaines de touristes ont été attaqués. « Ce n'est plus le moment pour les discussions infructueuses. Des ateliers, des forums, des réunions et toute sorte de rencontres ont déjà été organisées mais cela n'a abouti à aucun résultat. Nous voulons une solution efficace qu'il faut appliquer immédiatement. Nous allons faire une grande marche au Ministère du Tourisme à Tsimbazaza, pour proposer cette solution que nous avons concoctée », a affirmé le PCA de l'Office Régional du Tourisme (ORT) de Vakinankaratra. Pour la région Menabe, des mesures ont été prises pour escorter les véhicules de transport de touristes, depuis Belo sur Tsiribina jusqu'au Tsingy de Bemaraha. Selon les opérateurs, il ne s'agit que d'une mesure provisoire, qui ne sera plus efficace en haute saison. D'ailleurs, avec la mauvaise image de la Grande Ile, en termes d'insécurités, plusieurs annulations de réservations ont déjà été annoncées par les hôteliers et restaurateurs. « Par rapport à l'année 2017, le début de la haute saison affiche déjà un retard. Le nombre de touristes prévus diminue également. Cela veut dire qu'il y a un grand recul », a noté les acteurs du secteur tourisme.

Solution. Parmi les propositions annoncées hier figure l'exploitation des opportunités que présente la venue des touristes. En effet, les villages où passent les touristes doivent sentir les impacts positifs du tourisme, pour que les communautés locales agissent en faveur du développement de ce secteur d'activité. En outre, les forces de l'ordre doivent également apporter leurs contributions, d'après les opérateurs. « Les métiers du tourisme sont difficiles, si l'on ne cite que celui d'un guide qui quitte sa famille pendant plusieurs jours et qui risque encore des attaques sur la route. Les forces de l'ordre, notamment la Gendarmerie doit apporter des solutions et non des problèmes en faisant des raquettes », ont soutenu les représentants des guides.

Madagascar

Séminaire international - Sur la biosécurité des laboratoires

Des participants au séminaire international. Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.