20 Juin 2018

Tunisie: Il fallait tenir jusqu'au bout...

Nos joueurs ne savent pas tenir jusqu'au bout. Ils n'arrivent pas à rester concentrés à 100 % sur leur sujet du coup d'envoi jusqu'au coup de sifflet final.

Bref, à chaque fois c'est pareil et cela date de la phase de préparation en prévision du Mondial : une erreur de placement et de replacement des défenseurs tunisiens, pris de vitesse par les attaquants adverses, et le gardien, seul dans sa cage, n'y peut rien.

Moez Hassen, Farouk Ben Mustapha et Aymen Mathlouthi ont tous un point commun : ils ont encaissé au moins un but en fin de partie.

En amical contre la Turquie, pourtant en infériorité numérique, la défense tunisienne a encaissé un but « bête » à la 90', soit l'ultime minute du temps réglementaire. Même scénario le match suivant face à l'Espagne qui a marqué le but de la victoire, signé Lago Aspas à la 84'.

Après ces deux matches amicaux, les deux derniers avant le coup d'envoi du Mondial russe, il était clair qu'il y a un souci en défense et un manque de lucidité au niveau mental.

La meilleure défense, c'est aussi l'attaque...

Les techniciens les plus chevronnés vous le diront : la meilleure défense, c'est l'attaque. Nabil Maâloul l'a compris durant la première mi-temps après l'ouverture du score par Harry Kane.

Notre staff technique a, au fait, compris que pour atténuer les ardeurs des attaquants anglais, il fallait égaliser dans un premier temps et résister jusqu'à la fin de la période initiale. Mission accomplie et qui a permis aux nôtres de regagner les vestiaires avec un moral au beau fixe et, par là même, déstabiliser les Anglais qui, eux, étaient frustrés à la mi-temps.

Après la pause, notre équipe nationale a réussi à atténuer les ardeurs d'Harry Kane et ses camarades, beaucoup moins dangereux que durant la première mi-temps.

Sauf que notre sélection nationale est restée un peu trop dans sa zone. A un moment donné, il fallait quitter sa moitié de terrain et monter en attaque pour alléger la pression sur les défenseurs et leur laisser un peu de temps pour souffler, d'autant que sur notre première accélération, nous avons réussi à provoquer un penalty, transformé par Ferjani Sassi.

Bref, notre staff technique et nos joueurs ont manqué d'audace, mais également de lucidité mentale et ils l'ont payé cash.

Tunisie

Sans défense, la Tunisie s'incline!

Changement radical de physionomie Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.