20 Juin 2018

Afrique: Spasiba Lions de l'Atlas

Quelle est la différence entre le Maroc et le Portugal ?

Un buteur.

4e minute, corner pour les champions d'Europe. Cristiano Ronaldo a un tout petit espace de liberté dans la surface. Pas grand-chose. Le temps d'ajuster une tête parfaite et Monir El Kaloui ne peut que constater le dégât.

Et pendant 86 minutes les Lions de l'Atlas vont courir, en vain derrière ce but. Ils ont passé une bonne partie de la rencontre dans la moitié de terrain des Portugais. Ils ont constamment approché la zone de vérité des Portugais et ils n'ont pas été capables d'égaliser. Combien de fois pourtant ils ont donné l'impression d'être en mesure de le faire. Khalid Boutaïb n'a pas rempli sa mission. Mais il n'est pas le seul en cause. Tous ceux qui s'y sont essayé ont échoué. Cela manquait de prises de risque, de tirs lointains.

Quand on reverra le match, on se dira "comment est-ce possible". Le Maroc n'a pas de goleador. Une fois qu'on a fait ce constat, on a tout dit. On ne lui demande pas d'avoir un Ronaldo. Lui, il est unique. Ses stats personnelles sont grandioses, uniques. Cette fois, il est le deuxième buteur (4) portugais en Coupe du monde, après Eusebio, figure de légende du pays. Il est le quatrième joueur à marquer du gauche, du droit et de la tête dans une seule édition de la Coupe du Monde (sur les quatre dernières). Les Portugais sont invaincus en Coupe du Monde après avoir marqué les premiers (12 victoires, 2 nuls). Et la Seleção das Quinas est invaincue en 19 matches où Cristiano a marqué (18 victoires, 1 nul) depuis le revers 2:1 en phase de groupes de l'UEFA EURO 2004 contre la Grèce - Ronaldo y avait inscrit son premier but international.

Buteur - déjà 85 avec la sélection nationale - mais aussi passeur. Ronaldo a offert un caviar à son compère de l'attaque, le jeune Gonçalo Guedes, qui a poussé Monir E Kajoui là une parade incroyable (39').

Oui le Maroc a tout fait, joué comme jamais sous l'impulsion de son capitaine Mehdi Benatia omniprésent derrière, à son poste, mais aussi devant pour booster ses camarades. Capitaine courageux. Il a failli réussir. Déjà décisif lors de la finale de l'Euro-2016, le gardien Rui Patricio, qui vient de signer à Wolverhampton, a réalisé pas moins de quatre parades décisives. Sur une frappe de Hakim Ziyech détournée par sa défense (23'), sur une tête de Mehdi Benatia à la suite d'un coup-franc (31'), face à Younes Belhanda (55'), sur un coup-franc de Ziyech également détourné (57').

Deux défaites en deux sorties. Le match contre l'Espagne sera le dernier car c'est fini pour les Lions de l'Atlas. Ils ne peuvent plus se qualifier pour les huitièmes de finale. C'est d'autant plus rageant qu'ils avaient les moyens de gagner leurs deux matches contre l'Iran et le Portugal. Sans buteur (s), point de salut.

Afrique

Le continent face aux enjeux de l'économie verte

En Afrique, les activités économiques sont principalement fondées sur l'exploitation des ressources… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Confederation of African Football. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.