20 Juin 2018

Burkina Faso: Forum national des personnes handicapées - Relever le défi de l'emploi

La première journée du forum national des personnes vivant avec un handicap a été marquée par la tenue d'un panel autour du thème : «Autonomisation sociale et économique des personnes vivant avec un handicap : état des lieux et perspectives».

Les personnes vivant avec un handicap, avant leur dialogue direct avec le chef de l'Etat, Roch Marc Christian Kaboré, aujourd'hui, jeudi 21 juin 2018, ont pris part à un panel sur le thème principal du forum «Autonomisation sociale et économique des personnes vivant avec un handicap : état des lieux et perspectives». C'était le mercredi 20 juin 2018 à Ouagadougou, à l'issue de la cérémonie d'ouverture dudit évènement.

«Mise en œuvre du PNDES 2016-2020 : quels défis pour la protection et la promotion des personnes handicapées ?», «Financement des activités économiques des personnes handicapées : état des lieux, défis et perspectives» et «Employabilité des personnes handicapées au Burkina Faso : état des lieux, défis et perspectives» ont été les trois sous thèmes développés.

Dans la communication en lien avec le nouveau référentiel de développement, le directeur général des études sectorielles et des statistiques au ministère en charge de la femme et de la Solidarité nationale, Soumaïla Zorom a relevé qu'en dépit des politiques déployés, l'exclusion sociale des personnes à mobilité réduite ne cesse de s'accentuer.

C'est pourquoi, a-t-il soutenu, l'axe 2 du PNDES (développer le capital humain) prévoit, entre autres, la garantie d'un emploi décent et la protection sociale pour tous.

Quant aux défis liés à la promotion des personnes handicapées, il s'agit, a-t-il cité, de la prise en compte systématique des personnes handicapées dans les programmes de développement, de l'accessibilité aux moyens de transport, du renforcement de l'éducation inclusive et la promotion de l'emploi des personnes handicapées.

En termes de perspectives, il a préconisé un soutien aux Personnes handicapées (PH) qui allie assistance sociale et action promotionnelle. «Il s'agit de faire de ces groupes, des agents économiques à part entière contribuant au développement dans les limites de leurs capacités», a-t-il précisé.

Selon la directrice du Fonds national de solidarité (FNS), Malimata Ouattara, qui a exposé sur le «Financement des activités économiques des personnes handicapées : état des lieux, défis et perspectives», les mesures pour l'inclusion financière des PH sont très peu développées voire inexistantes au niveau du secteur privé.

En ce qui concerne, a-t-elle expliqué, les fonds nationaux (Fonds d'appui aux initiatives des jeunes, fonds d'appui au secteur informel, fonds d'appui à la promotion de l'Emploi, etc.), les conditions ne facilitent pas l'accès des PH au crédit.

Toutefois, elle a souligné que de 2015 à 2018, les activités économiques de 1235 PH et de 56 associations de PH ont été financées à hauteur de 280 937 810 F CFA.

Un parcours du combattant

Malgré les efforts consentis, a-t-elle déploré, les problèmes de garantie et de caution, l'insuffisance de formation qualifiante, le faible engagement de certaines PH pour l'entrepreneuriat, demeurent des obstacles à leur insertion socioéconomique.

«Pour une meilleure réponse à ces problématiques, il y a nécessité de renforcer les capacités des PH afin de leur permettre d'entreprendre plus efficacement», a-t-elle recommandé.

Le Secrétariat permanent du Conseil national multisectoriel pour la protection et la promotion des droits des personnes handicapées (SP/COMUD/ Handicap), Boukary Savadogo et Manu Bertrand Kpoda, du ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale ont livré

la communication sur «l'Employabilité des personnes handicapées au Burkina Faso : état des lieux, défis et perspectives». Aux dires du premier intervenant, le taux de chômage des personnes handicapées se situe à 5,6 % contre un taux de chômage de 3,3% au niveau national.

De l'avis de M. Ouédraogo, plusieurs facteurs entravent l'emploi des PH. «L'analyse empirique de la situation montre la persistance de la connotation médicale du handicap qui a tendance à restreindre la personne PH à l'assistanat et à l'exclusion», a-t-il illustré.

De l'avis du second communicateur, Bertrand Kpoda, la prise en compte de l'accès à l'emploi des PH dans les projets et programmes de développement implique que le phénomène soit reconnu comme une question de droits humains. Pour lui, il est impératif que la société rende son environnement politique, juridique et institutionnel plus favorable à l'accès à l'emploi des personnes handicapées.

Les participants au forum, après la présentation des différentes communications, ont échangé avec les membres du présidium. Les PH sont régulièrement confrontés à la question de la garantie.

Qu'est-ce qui est envisagé pour leur faciliter l'accès aux différents crédits ? Pourquoi les PH ne bénéficient-elles pas toujours d'exonérations lors de l'achat de véhicules adaptés comme le stipule l'article 19 de la loi 12 du 1er avril 2010 ?

L'acquisition de la carte d'invalidité auprès des services compétents est un véritable parcours du combattant. Comment faciliter la tâche aux demandeurs ? Répondant à la première préoccupation, Mme Ouattara a proposé la constitution d'une caution (ou garantie) solidaire à travers la création d'associations et de regroupements de producteurs.

Sur la deuxième question, Boukary Savadogo a, pour sa part, imputé cette situation à l'absence de décrets d'application. «Cependant, le ministère de tutelle intervient régulièrement pour des exonérations de ce type d'engins», a-t-il souligné. Quant aux difficultés liées à l'octroi de la carte d'invalidité, Manu Bertrand Kpoda a évoqué des «soucis de prudence».

«L'absence de rigueur à ce niveau peut être la voie ouverte à toute sorte d'abus. En vue de bénéficier des avantages que donne ce document, des personnes mal intentionnées pourraient mettre tout en œuvre pour posséder ladite carte», a-t-il soutenu.

Burkina Faso

Justice - La France transmet au Burkina des archives sur la mort de Thomas Sankara

Ces dossiers ont été transmis aux autorités burkinabè le 9 novembre dernier dans le cadre de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.