20 Juin 2018

Ile Maurice: Jeux de hasard - Lottotech introduit la première loterie en ligne

La nouvelle est tombée mardi 19 juin. La cour d'arbitrage de la Cour suprême a tranché, coupant la poire en deux. La gestion de la «Loterie Vert», un second tirage pour le Loto et le renouvellement pour une période de 10 ans de la licence de la Mauritius National Lottery reviendront à Lottotech. Alors que le gouvernement augmentera de 1 % ses revenus provenant de Lottotech, la contribution de celle-ci au Consolidated Fund passant à 47,16 % contre 46,16 % actuellement. Bref, une situation win-win pour les deux parties.

«On se réjouit du dénouement de cette affaire qui permettra à Lottotech de muscler ses opérations en passant à une nouvelle étape de son développement», souligne Michelle Carinci, la Chief Executive Officer (CEO).

En s'appropriant le gros lot avec la reprise de la «Loterie Vert», Lottotech tente de faire revivre une société qui a été déficitaire depuis 2013 avec le nombre de billets de loterie se réduisant comme une peau de chagrin : de cinq millions à moins de trois millions actuellement sans compter le nombre de billets invendus.

L'opérateur se penche sur le modus operandi à utiliser pour le lancement en ligne de la «Loterie Vert», qui interviendra probablement l'année prochaine. «Il nous faut entre sept et huit mois pour mettre en place le système et effectuer les tests. Ce sont les mêmes terminaux du Loto qui seront utilisés pour la loterie. A priori, nous n'entrevoyons pas de gros problèmes car c'est une technologie que nous maîtrisons», explique Moorghen Veeramootoo, le Chief Operating Officer (COO).

Et de préciser que le tirage de cette loterie sera effectué probablement chaque semaine, contrairement à chaque mois ces jours-ci. «Nous étudions deux ou trois modèles avant de décider de la mise en opération.»

Lottotech ne compte pas laisser les ex-employés de la «Loterie Vert» sur la route, ayant décidé de les réembaucher tous, soit 73, dont 80 % sont de la gent féminine. Ils seront transférés à Ébène, dans les nouveaux locaux de la compagnie à HSBC Centre.

Second tirage du Loto

Par ailleurs, Lottotech annonce que le second tirage se fera probablement chaque mercredi, ce qui ne nécessitera pas de nouveaux investissements vu que la même plateforme sera utilisée par le réseau de 700 détaillants.

«Cette mesure va influer positivement sur le chiffre d'affaires de nos opérations. Notre ambition est de renouer avec la situation financière de 2014, soit avant les mesures budgétaires de 2015 qui ont mis fin aux cartes à gratter et à la publicité sur le Loto», ajoute la CEO. En 2014, l'opérateur du Loto avait réalisé un chiffre d'affaires de Rs 2,2 milliards comparativement à Rs 1,8 milliard actuellement.

La direction de la compagnie ne s'attend pas à ce que de nouveaux joueurs se mettent au jeu de hasard suivant l'avènement de ce second tirage. D'ores et déjà, 65 % de la population y jouent déjà, la tranche d'âge variant de 25 ans à 50 ans. La mise moyenne par semaine est de Rs 67. «Il faudra voir à l'avenir s'ils comptent répartir ces Rs 67 entre les deux tirages», précise le COO Moorghen Veeramootoo. Il ajoute dans la foulée qu'il y aura dorénavant deux jackpots par semaine et, potentiellement, deux multimillionnaires.

L'État le plus gros gagnant

Reste que le gouvernement sera le plus gros gagnant dans ce deal. Tant au niveau du Consolidated Fund que celui des taxes qu'il percevra à partir de la withholding tax sur les gains. Au 31 décembre 2017, Lottotech a remis Rs 440 millions au gouvernement à travers le Consolidated Fund.

Avec la décision de la Mauritius National Lottery d'augmenter de 1 % sa contribution au gouvernement, celui-ci pourrait se retrouver avec un pactole de Rs 1 milliard de plus au terme d'une dizaine d'années. En huit ans, soit depuis son lancement, la filiale du groupe Gamma a remis Rs 4 milliards à l'État.

Quant à la withholding tax de 10 % imposée sur les gains de joueurs dépassant Rs 100 000, mesure budgétaire annoncée, Lottotech l'a estimée à Rs 40 millions pour l'année financière se terminant au 31 décembre 2017, sur une moyenne d'une vingtaine de millionnaires par an. Ce qui générera Rs 400 millions pour les caisses du gouvernement en dix ans.

Avec deux tirages, les revenus fiscaux pourraient dépasser Rs 500 millions. Lottotech se donne décidément les moyens de ses ambitions, avec l'État engrangeant la part du lion des bénéfices.

Ile Maurice

Trèfles - un homme agressé au sabre

Son état de santé est jugé sérieux. Un jeune homme âgé de 25 ans a… Plus »

Copyright © 2018 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.