21 Juin 2018

Cote d'Ivoire: Lutte contre la drogue - Médecins du Monde et des activistes dévoilent les conséquences de l'approche répressive

En prélude à la célébration de la Journée internationale contre l'abus et le trafic de drogues, prévue chaque 26 juin, l'Ong Médecins du Monde France en Côte d'Ivoire, en partenariat avec des associations pour une meilleure prise en charge des usagers de la drogue dans le pays, a procédé le mercredi 20 juin, à Abidjan II-Plateaux, au siège de ladite structure, au lancement d'une campagne dénommée: «Soutenez, ne punissez pas».

«La guerre contre la drogue a échoué à réduire l'usage de drogues et a amené à de graves conséquences négatives, dont des morts par overdose, les infections par Vih ou hépatite C parmi les usagers de drogues, la surpopulation carcérale, de graves violations des droits humains, et l'aggravation de la stigmatisation, de la marginalisation, de la violence et de la corruption», a constaté M. Nicolas Vako , président du réseau ivoirien sur les politiques des drogues.

Il a fait cette remarque en citant un aveu des Nations unies. Alors que le pays a accordé une place de choix à la lutte répressive contre les usagers de drogue.

Poursuivant, M. Vako précise qu' «il est temps d'abandonner les politiques, idéologies et préjugés dommageables, pour mettre la priorité sur la santé et les droits humains des usagers de la drogue, plutôt que sur le recours abusif à l'incarcération».

A l'en croire, la méthode répressive qui a montré des dysfonctionnements, en témoignent «les graves conséquences» qui en découlent, doit être réadaptée au contexte actuel de la prise en charge des usagers de la drogue. Ceci passe nécessairement, a-t-il insisté, par le respect de leurs droits, en tant qu'humains qui ont tout aussi droit aux soins dans les centres médicaux.

Par ailleurs, la campagne «Soutenez, ne punissez pas» et «Écoutez d'abord», est un message de sensibilisation lancé à l'endroit des autorités ivoiriennes en particulier et à la population en général, afin que ces deux entités prennent conscience «des dommages causés par la guerre contre la drogue».

Car la lutte répressive, selon des associations activistes telles qu'Espace Confiance, La Relève, Anonyme Côte d'Ivoire, Lumière du Jour, La Fontaine, Paroles autour de la santé, Foyer du Bonheur, Conad-Ci, Unico et Médecins du Monde, a montré ses limites ici et ailleurs.

Une marche communautaire suivie de l'installation d'un village communautaire et de plusieurs autres animations, seront prévues le 26 juin prochain, au cours de ladite campagne.

Conformément à sa résolution 42/112 du 7 décembre 1987, l'Assemblée générale de l'Onu a décidé de célébrer la Journée internationale contre l'abus et le trafic de drogues le 26 juin afin de renforcer l'action et la coopération aux échelons national, régional et international dans le but de parvenir à une société affranchie de l'abus des drogues.

Cote d'Ivoire

Divisions au PDCI - Pour le RDR de Ouattara, cela n'affecte pas les discussions

Réaction du RDR, le parti d'Alassane Ouattara, après la conférence de presse de la section Jeunesse… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.