21 Juin 2018

Sénégal: Decouverte de gaz à Saint-louis - L'Arades forme les acteurs locaux sur les hydrocarbures

Près d'une centaine de participants, se sont retrouvés, trois jours durant, dans les locaux du conseil départemental de Saint-Louis, en vue de plancher sur les hydrocarbures et la règlementation minière.

Cet atelier s'est déroulé dans la salle de conférence du conseil départemental, en présence des autorités administratives et municipales et des représentants de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis.

Les travaux ont été dirigés et animés avec brio par la première adjointe au maire de Saint-Louis, Mme Aida Mbaye Dieng, et la présidente de l'Association pour la recherche, action, développement et environnement du sahel (Arades), Mme Abibatou Banda Fall, et autres sommités de la capitale du nord. Une formation entièrement financée par Oxfam, qui entre dans le cadre du projet Baromètre de l'engagement citoyen et de la redevabilité locale (Bec-Rl).

Dans le souci de permettre aux acteurs (jeunes et femmes, élus locaux, membres d'organisations communautaires de base et de la société civile, travailleurs des médias, etc.) de jouer pleinement leur rôle de défense des droits des populations des zones d'exploitation des ressources minérales, l'Arades, désignée point focal par Enda-Diapol, a organisé, dans la capitale du nord, cette session de formation de trois jours sur l'exploitation des hydrocarbures et la règlementation minière, qui constituent des instruments juridiques pertinents, liés aux industries extractives.

Si l'on sait que l'exploitation future du gaz à l'horizon 2021 a fini d'installer au niveau national un débat sur la transparence dans les conditions d'attribution de la licence à Kosmos-Bp.

Et au niveau de la commune de Saint-Louis, malgré l'espoir suscité par les gains économiques immédiats, les populations font part de leurs inquiétudes quant aux impacts négatifs de l'activité extractive sur l'environnement marin et par voie de conséquence sur le secteur de la pêche qui constitue leur principale source de revenus.

Selon Mme Fall, malgré l'existence d'instruments juridiques (nouveau code minier, code pétrolier en instance de révision, code de l'environnement), les ristournes dans le cadre du Fonds de péréquation au profit des collectivités décentralisées, ne sont pas versées depuis 2011, malgré la publication du décret de 2015 fixant les nouvelles modalités de répartition.

Sans compter, a-t-elle poursuivi, les dépenses fiscales effectuées par l'Etat dans le cadre des conventions minières, selon le rapport de l'Itie 2014, avec une perte de 401 milliards de FCfa entre 2005 et 2012 en termes d'exonérations fiscales et douanières, privant ainsi les collectivités territoriales de ressources.

Sénégal

Attaque du président Macky Sall à Amnesty international

Depuis quelques temps, le Forum Civil, section sénégalaise de Transparency International a noté du… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.