22 Juin 2018

Afrique de l'Ouest: CIF - Près de 363 milliards de F CFA d'épargnes mobilisés en 2017

La Confédération des institutions financières de l'Afrique de l'Ouest (CIF) a organisé à Ouagadougou, le jeudi 21 juin 2018, sa 9e Assemblée générale annuelle ordinaire. En 2017, cette institution de solidarité de six grandes faitières nationales de coopératives d'épargne et de crédit dans cinq pays de l'UEMOA, a notamment fait un encours crédit de 289,376 milliards de F CFA à ses membres.

La Confédération des institutions financières de l'Afrique de l'Ouest (CIF) regroupe la Faîtière des caisses populaires du Burkina (FCPB), la Faîtière des caisses d'épargne et de crédit agricole mutuel du Bénin (FECECAM-Bénin), la Faîtière des unités de coopérative d'épargne et de crédit du Togo (FUCEC-Togo), l'Union des caisses mutuelles d'épargne et de crédit du Mali (KAFO JIGINEW), le Réseau des caisses d'épargne et de crédit du Mali (NYESIGISO) et l'Union des mutuelles du partenariat pour la mobilisation de l'épargne et le crédit au Sénégal (UM-PAMECAS).

Au 31 décembre 2017, ce réseau de 171 caisses de base (794 points de vente) a mobilisé 362,961 milliards de F CFA d'épargne et injecté 289,376 milliards de F CFA dans l'économie au titre du crédit à ses membres (4 543 459 membres).

C'est en somme, le portrait 2017 que le directeur général de la CIF, Alou Sidibé, a fait lors de la 9e Assemblée générale ordinaire de la Confédération, le 21 juin 2018 à Ouagadougou.

Malgré ces résultats «satisfaisants», le DG de la CIF estime que des efforts doivent être faits en termes d'encours crédit et épargne pour respecter les normes de l'Union monétaire ouest africaine (UMOA), mais aussi dans la maîtrise des charges même si elle s'améliore au fil des ans.

Le Président du conseil d'administration (PCA) de la CIF, Inoussa Sawadogo, a rappelé que malgré la situation sécuritaire et politique difficile pour le pays- siège de la Confédération (Burkina Faso) et la persistance de l'instabilité sociopolitique au Mali, la CIF a engrangé des acquis en 2017.

Il a cité la mise en œuvre des plans d'actions correctives des lacunes relevées par l'étude diagnostique des causes de départ et de la faible participation des membres à la vie de la coopérative, mais aussi le renforcement des performances sociales par la réalisation d'audits sociaux dans les réseaux membres de la CIF.

« Une fierté pour la sous-région »

A cela, le PCA a ajouté l'obtention de l'agrément pour la Financière de l'Afrique de l'Ouest (FINAO-SA), la segmentation de l'offre pour un renforcement de l'inclusion financière, le choix d'un nouveau système d'informations et de gestion intégrée et l'amélioration du portefeuille de crédit par la maîtrise des risques, entre autres.

Au regard de ces acquis, M. Sawadogo, dit pouvoir affirmer que la CIF avance car ses différents palliers engagent des réformes afin de répondre aux attentes des populations.

Toutefois, a-t-il précisé, des défis comme la sécurité et la fiabilité des informations à tous les niveaux, la poursuite de l'amélioration de la gestion du crédit et l'organisation du dispositif de contrôle interne, doivent être relevés en 2018.

Pour le représentant du ministre de l'Economie, des Finances et du Développement (MINEFID), Souako Norbert Kohoun, ce regroupement en confédération constitue une force additionnelle pour affronter les grands défis et enjeux de la microfinance.

Par la voix de son représentant, le MINEFID a salué les acteurs de cet « objet de fierté pour la sous-région » qui a franchi une étape majeure par le choix commun d'un nouveau Système d'information intégré et la création de la FINAO-SA, un établissement financier à caractère bancaire.

« La Confédération doit être un phare dans l'industrie de la microfinance dans la sous-région ouest africaine. Pour ce faire, la structuration de vos entités de base, le renforcement des dispositifs de supervision et la saine gestion du crédit, sont autant de défis à prendre en compte dans vos différentes stratégies de vos ambitions », a-t-il indiqué.

Déjà, M. Kohoun a exprimé l'engagement du gouvernement burkinabè pour la professionnalisation du secteur et sa disponibilité à l'appuyer et à examiner avec diligence les requêtes de la Confédération pour mener à bien ses missions.

Burkina Faso

Emission simultanée de bons et obligations assimilables du trésor

Le Burkina Faso lance sur le marché financier de l'Union Economique Monétaire Ouest Africain une… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.