23 Juin 2018

Centrafrique: Les FACA déployées à Bangassou

Plusieurs dizaines de FACA, les militaires centrafricains, ont fait leur entrée ce jeudi 21 juin à Bangassou.

Depuis l'attaque de la ville en mai 2017 par les anti-balaka, la ville est régulièrement le théâtre de violences et de pillages et vit sous la coupe des groupes d'autodéfense, malgré la présence de contingents de la Minusca, eux-mêmes pris pour cible. Des milliers d'habitants dorment sur la rive congolaise du Mbomou, la rivière qui trace la frontière avec la RDC. Quelque 1 500 autres, de confession musulmane, vivent dans un site de déplacés au petit séminaire, sous protection des casques bleus. L'arrivée des FACA suscite des espoirs énormes au sein de la population.

Des habitants rameaux de palmier et branches d'arbres à la main qui crient leur joie à la vue des FACA, des femmes qui balayent devant les camions militaires ou qui jettent leur pagne sur leur route en signe de bienvenue : c'est peu de dire que les FACA ont fait une entrée triomphale à Bangassou qui les espérait depuis des mois.

Après Paoua ou Sibut, les FACA nouvellement formées poursuivent leur déploiement en province. Et dans leur sillage, l'espoir d'un retour de la paix et de l'Etat. L'Etat, dont les rares symboles sur place jusqu'à présent étaient quelques gendarmes et policiers, et le préfet, Auguste Sillo, qui espère que les fonctionnaires et magistrats suivront bientôt : « C'est pour des raisons de sécurité que beaucoup de fonctionnaires étaient restés à Bangui, mais si les FACA sont là donc je ne vois pas de raison que ces fonctionnaires ne se rendent pas sur zone ».

Depuis l'arrestation de plusieurs chefs locaux anti-balaka en RDC ces derniers mois, la ville a connu une certaine accalmie et amorcé un processus local de désarmement et de réconciliation. Quant aux autres anti-balaka, ou autodéfenses, ils promettent de se ranger avec l'arrivée des FACA : « Nous sommes en contact permanent avec les autodéfenses qui disent tout le temps que dès que les FACA seront là ils déposeront les armes. Maintenant, ils vont essayer de se tourner vers du relèvement socio-économique de la localité », explique le préfet.

« Leur mission c'est ma mission, et inversement, conclut le préfet, ancien officier des forces armées centrafricaines, c'est un grand jour, un très grand jour pour tout le monde ».

Centrafrique

La justice tente de «retrouver son renom»

En Centrafrique, la troisième session criminelle depuis 2016 a débuté lundi 16 juillet. Un moment… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.