23 Juin 2018

Afrique-États-Unis - Donald Trump et l'avenir de l'AGOA

Dans quelques semaines, des hauts fonctionnaires des États-Unis d'Amérique, ceux de trente-sept pays d'Afrique subsaharienne ainsi que des représentants de l'Union africaine et des communautés économiques régionales du continent vont se réunir dans la capitale américaine, Washington D.C, pour prendre part, du 9 au 12 juillet, au 17e forum de l'AGOA, qui est la loi sur la croissance et les opportunités de développement en Afrique.

Avec les incohérences et les revirements dont ne cesse de faire preuve l'administration Trump, beaucoup d'observateurs africains se demandent si les États-Unis retireront, suspendront ou limiteront l'AGOA avant son expiration en 2025, date arrêtée sous l'administration Obama. Le président américain, Donald Trump, fidèle à son programme « America first », a déjà retiré son pays du Partenariat transpacifique, menacé l'Accord de libre-échange nord-américain et cherche à renégocier l'accord de libre-échange États-Unis-Corée du Sud.

L'AGOA est un vaste marché de consommation élaboré en 2000 sous la présidence de Bill Clinton, pour permettre aux producteurs africains dont les pays sont éligibles d'exporter leurs produits vers les États-Unis. Cette loi porte sur plus de six mille cinq cents produits bénéficiant de franchise de droits de douane et concerne essentiellement des produits agricoles et textiles (vêtements, chaussures, etc.). Elle a pour objectif, entre autres, la promotion du commerce et des investissements entre les États-Unis et les pays africains au sud du Sahara, le développement économique et les réformes en Afrique subsaharienne et un plus grand accès aux opportunités entre les investisseurs américains et les entreprises africaines au sud du Sahara.

En 2016, trente-huit pays d'Afrique subsaharienne étaient éligibles à l'AGOA et parmi eux, vingt-sept sont éligibles aux bénéfices accordés aux produits textiles. Il faut toutefois rappeler que les importations américaines en provenance de l'Afrique subsaharienne ont fortement diminué ces dernières années (18,7 milliards de dollars en 2015 contre 26,8 milliards de dollars en 2014, soit une baisse de 30 %).

Lors de la 16e édition du forum de l'AGOA qui s'est tenue à Lomé, au Togo, en août 2017, et qui avait pour thème « Les États-Unis et l'Afrique : un partenariat pour la prospérité à travers le commerce », des représentants du secteur privé, de la société civile et du programme d'entrepreneuriat des femmes africaines et d'autres invités ont exploré comment les pays peuvent continuer à maximiser les avantages de l'AGOA dans un paysage en rapide évolution économique et le rôle important joué par les femmes, la société civile et le secteur privé pour promouvoir le commerce et générer de la prospérité. Rappelons que le Congo fait partie des pays éligibles à l'AGOA.

Afrique

G20 Finances - L'endettement africain inquiète

Les ministres des Finances du G20 se retrouvent, ce samedi et dimanche 22 juillet, à Buenos Aires, en Argentine.… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.