23 Juin 2018

Congo-Brazzaville: Coopération - Le Congo signe un protocole d'entente avec l'Agence française de développement

Le document entre dans le cadre de la Facilité adaptation climat dit « Facilité d'adapt'action » pour la mise en œuvre de l'Accord de Paris. Cette facilité pour un montant de trente millions d'euros concerne quinze pays.

L'accord entre les deux parties a été signé, la semaine dernière dans la capitale congolaise, par la ministre du Tourisme et de l'environnement, Arlette Soudan-Nonault, l'ambassadeur de France au Congo, Bertrand Cochery, et le directeur de l'Agence française de développement (AFD) à Brazzaville, Lionel Cafférini.

En effet, les incidences du changement climatique font porter un risque majeur sur la réduction de la pauvreté et la prospérité des sociétés. Dès lors, il y a urgence à agir en faveur d'un développement sobre en carbone, et à tout mettre en oeuvre pour stabiliser la température mondiale et adapter les économies ainsi que les sociétés aux effets d'un climat mondial déréglé. L'accord de Paris sur le climat a marqué, de façon historique, en décembre 2015, la reconnaissance par les pays du Nord et du Sud de la nécessité de faire évoluer des modèles de développement actuels.

C'est dans cet esprit que l'AFD a créé la Facilité adapt'action, pour un montant total de trente millions d'euros, afin d'accompagner une quinzaine de pays, dont le Congo, dans l'opérationnalisation par la mise en œuvre de la contribution déterminée au niveau national.

Par la richesse de leur diversité biologique et grâce à des conditions uniques, de sols, de climat et d'hydrologie, les écosystèmes du Bassin du Congo constituent l'un des instruments les plus puissants de régulation du climat de la planète. Pour cela, ils doivent être préservés. Cette facilité permettra de consolider la gouvernance climat du Congo ; d'appuyer l'élaboration d'un plan national d'action et d'investissement climat (Plan climat) concret et opérationnel ; de soutenir les mécanismes de coordination nationale sur le climat ; de renforcer les capacités du ministère de l'Environnement en diplomatie climatique. Elle permettra aussi de décliner la contribution déterminée nationale en une ou deux politiques sectorielles adossées à des plans d'actions concrets. Il s'agira notamment d'appuyer l'élaboration d'un plan d'action et d'investissement agricole ; d'un schéma directeur de gestion des inondations et de l'assainissement dans une ou plusieurs villes congolaises. Enfin, elle permettra de préparer des programmes structurants en finançant plusieurs études de faisabilité. Celles-ci restent encore à définir mais elles pourront, par exemple, concerner la formulation d'un programme prioritaire dans le secteur agricole ; la préparation d'un programme de lutte contre les érosions côtières et urbaines ; l'appui à la stratégie nationale forestière ; la modernisation des services météorologiques.

L'objectif étant d'outiller le Congo pour la mobilisation des financements climat, indispensables au déploiement d'une trajectoire de croissance et de développement bas carbone et résiliente aux changements climatiques.

Notons que cette nouvelle initiative vient compléter les appuis déjà mobilisés par la France auprès du gouvernement du Congo, à travers notamment les appuis bilatéraux de l'AFD sur la conservation de la biodiversité, la gestion des forêts, l'accompagnement d'une agriculture durable et la lutte contre les inondations ; son engagement dans l'initiative pour les forêts d'Afrique centrale dont elle assure la présidence depuis novembre 2017.

Pour l'ambassadeur de France, le Congo passe de la situation d'enjeu à la situation d'acteur de la lutte contre le dérèglement climatique. « Vos défis sont les nôtres, c'est le principe de responsabilité qui est au cœur de la démarche de la COP21 de 2015, avec toujours le volet atténuation et adaptation. La solidarité entre la France et le Congo ainsi que la volonté de jouer un rôle catalyseur pour permettre au Congo de saisir les opportunités de l'économie verte, ainsi que ses financements dans le cadre du Fonds bleu porté par le président Denis Sassou N'Guesso », a-t-il précisé.

Congo-Brazzaville

Emprisonnement ferme requis contre Makaya pour complicité d'évasion

Le ministère public a requis jeudi 19 juillet une peine d'un an d'emprisonnement ferme contre l'opposant Paulin… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.