23 Juin 2018

Burundi: Quatre Français et un haut cadre burundais arrêtés pour escroquerie

Au Burundi, le ministère de la Sécurité publique a annoncé, ce samedi 23 juin, l'arrestation de quatre ressortissants français et d'un haut cadre burundais vendredi à Bujumbura, la capitale, dans des circonstances encore floues. Ils sont accusés d'escroquerie.

Les quatre Français et le haut cadre burundais ont été arrêtés vendredi en début d'après-midi. Ikiriho, un site d'information, proche du pouvoir, assure dans un tweet que deux d'entre eux tentaient de « s'échapper du pays » mais aucune source indépendante ne confirme les circonstances exactes de leur arrestation.

Selon la Police Nationale du #Burundi, "4 Français ont été arrêtés hier, dont 2 à l'Aéroport de #Bujumbura sur le point de s'échapper vers la #France. Un Burundais aussi appréhendé et tous placés en garde à vue pour enquête dans une affaire d'escroquerie" pic.twitter.com/RTc0A8TciJ

Selon des sources RFI, les cinq suspects ont été interpellés sur un mandat du procureur de Bujumbura pour « faux et usage de faux » en lien avec « une escroquerie », en matière de télécommunications. Ils ont été brièvement entendus vendredi par le Service national de renseignement (SNR) avant d'être écroués séparément dans plusieurs prisons à travers le pays.

Le ministère de la Sécurité publique explique dans son tweet qu'ils sont, à ce stade, en garde à vue. Nos sources précisent que le procureur devrait commencer leur interrogatoire lundi.

On ne sait pas exactement ce qu'on leur reproche mais, toujours selon des sources RFI, les quatre ressortissants français seraient en lien avec une société de droit turc - International Télécom Services (ITS) - qui a le monopole de tout ce qui concerne l'exploitation et la gestion du trafic téléphonique et satellitaire, en provenance et à destination du Burundi. A ce titre, elle brasse chaque année des dizaines de millions de dollars.

Quant au cadre burundais arrêté, il s'agit de Donatien Ndayishimiye. Tour à tour conseiller du président Pierre Nkurunziza, patron de plusieurs entreprises de télécoms ou encore directeur au sein des services secrets burundais, certains lui prêtaient jusqu'ici une grande influence.

Que s'est-il alors passé ? Personne ne peut le dire exactement pour le moment, mais les cinq suspects sont accusés d'avoir détourné une bonne partie de cet argent, au grand dam de certaines hautes personnalités politiques burundaises en affaire avec eux.

L'ambassade de France au Burundi que nous avons contactée a réagi sobrement. « Nous faisons notre travail et la discrétion est de mise », nous a-t-il été dit.

Burundi

CIRGL - Jean-Claude Gakosso exhorte le personnel au travail

Le ministre des Affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l'étranger a… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.