24 Juin 2018

Afrique: Coupe du monde - Ahmed Musa c'est Moïse

Alors que les fans du football africain désespéraient de voir leurs équipes prendre leur envol à la Coupe du monde Russie 2018, les victoires probantes du Sénégal puis du Nigeria sont venues ragaillardir tout un continent qui rêve désormais de lauriers avec les qualifications attendues de ces deux équipes en huitièmes de finale et plus si affinité.

Il ne faut pas avoir peur de le dire, sur leur match contre les Polonais et les Islandais, les Sénégalais et les Nigérians ont prouvé qu'ils avaient le niveau pour bien figurer dans cette compétition.

Le Sénégal d'abord qui a montré toute sa force collective lors de son match, bien organisé dans un 4-4-2 avec Mame Birame Diouf et M'baye Niang comme premier rideau défensif, sans oublier le capitaine Sadio Mané qui a «sacrifié» son talent au profit du collectif.

Détermination, organisation et qualité de jeu sont les atouts d'un Sénégal qui, en dépit de son manque de vécu à ce niveau, peut valoir à l'Afrique une satisfaction certaine lors de ce Mondial.

Avec Niang qui a atteint enfin la plénitude de ses moyens et Sadio Mané, le Sénégal est très affûté offensivement et si son expérimentée défense ne pète pas les plombs, le festin des Lions sera royal. A côté, les Super Eagles du Nigeria ont eux aussi montré la même détermination, notamment lors des 45 dernières minutes du match contre l'Islande.

Après donc une première période sans relief, le réveil des Aigles nigérians se matérialisera par un but fantastique d'Ahmed Musa à la suite d'un déboulé de Victor Moses sur le flanc droit. Un but magnifique (contrôle-frappe enchaînée) de Musa le récidiviste qui avait déjà frappé contre l'Argentine lors du mondial 2014.Puis, le même Musa qui prend de vitesse toute la défense islandaise, fixe le gardien, avant de marquer un but encore plus fantastique que le premier.

A mi-chemin entre Jay-Jay Okocha et Rashidi Yekini, possédant la finesse et le sens du dribble du premier et la force de pénétration du second, Musa est le sauveur du Nigeria et l'on attend confirmation contre les «Messi boys» dont le moins qu'on puisse dire est qu'ils ont le moral à plat. Raison de plus de se méfier de cette bête blessée qui donnera tout dans ce qui apparaît comme le match de la dernière chance pour Messi.

Si les représentants ouest-africains ont séduit cependant que ceux du Nord ont eux déçu, que dire des prétendus favoris qui peinent jusque-là à gagner leurs matchs ? C'est vrai que les matchs seront plus open à partir des huitièmes, mais le jeu stéréotypé de certains d'entre eux risque de nous amener des confrontations insipides.

Attardons-nous sur l'Allemagne pour dire que Joachim Low semble avoir atteint le stade suprême de sa réflexion lors de la demi-finale contre le Brésil en 2014. Un récital en forme d'apothéose qui a permis aux autres équipes de lire désormais le jeu allemand. Après douze ans à la tête de la Mannschaff, le temps du repos est peut-être venu pour lui.

Quant au Brésil, la montée en puissance de Neymar devrait lui permettre de rêver à un sixième sacre. Du coup, on peut miser sur certaines équipes qui ne peuvent plus se cacher comme le Portugal du «bionique» Ronaldo ou la Croatie impressionnante de maîtrise collective et technique. C'est dire que la suite de la compétition peut nous valoir d'énormes surprises .Pour l'heure, le « thriller » haletant continue.

Nigeria

Le général Benson Akinroluyo prend la tête de l'opération de lutte contre Boko Haram

L'initiative dénommée « Lafiya Dole » sera dorénavant dirigée par le haut… Plus »

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.