24 Juin 2018

Burkina Faso: Pont primitif de Poa dans le Sanguié

Le ministre des Infrastructures, Eric Bougouma, a effectué une visite-terrain, le jeudi 14 juin 2018, sur le pont en bois du village de Poa dans la province du Sanguié. Sur les lieux, le gouvernement a pris la résolution de construire une infrastructure moderne pour désenclaver la commune.

Les habitants de la commune rurale de Kyon dans la province du Sanguié n'ont plus qu'à attendre patiemment que le gouvernement réagisse face à sa promesse de construction d'un ouvrage de franchissement sur un affluent du fleuve Mouhoun qui divise le village de Poa.

En effet, le jeudi 14 juin 2018, le ministre des Infrastructures, Eric Bougouma, accompagné d'une ''armée" d'ingénieurs est allé faire la reconnaissance des lieux. Sur le terrain, il est donné de constater que les riverains ont développé leur propre génie pour pouvoir faire la navette entre les deux blocs du village de Poa.

Ainsi, ils ont utilisé des matériaux rudimentaires pour réaliser une passerelle. La structure, longue de plus de 200 mètres, est une colonne de bois soigneusement emboités et solidement liés les uns aux autres par du fer mou, le tout donnant l'aspect d'un plateau de balafon suspendu.

En dessous, de solides poutres en bois, profondément fixées dans le lit du fleuve, soutiennent fermement la partie supérieure. Le parfait mariage entre l'architecture verticale et l'alliage horizontal confère une stabilité inédite à l'échafaudage. A ce que racontent les doyens sur le site, le pont en bois de Poa date de 1969.

Aujourd'hui lasses de poursuivre les retouches annuelles, les populations souhaitent une infrastructure moderne, sécurisée et durable. Pour le ministre des Infrastructures, Eric Bougouma, il a été dépêché en ce début d'hivernage par le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, pour venir toucher du doigt l'ouvrage des temps anciens. «Nous sommes venus vivre ce que vous vivez tous les jours», a dit le ministre sur le pont en bois.

Faites confiance à Roch

Il a rassuré que le chef de l'Etat veut que dans un délai proche, le pont en bois soit un ouvrage d'art, voire un site touristique et non une passerelle.

«Je salue la compétence, la technicité et le savoir-faire des pères- fondateurs de ce pont. Mais sans détruire le pont en bois qui restera dans la mémoire des populations, nous allons construire un autre pont à côté (un dalot peut-être) afin de permettre aux populations d'aller et de venir, d'évacuer leurs malades en toute sécurité», a indiqué le patron des infrastructures.

Eric Bougouma se garde de donner une date butoir pour l'instant. Il a simplement demandé aux populations de faire confiance au président du Faso qui attache du prix à l'ouvrage en perspective. «Ne soyez pas pressés. Faites confiance au chef de l'Etat et à son gouvernement», a-t-il affirmé.

Pour M. Bougouma, ce n'est qu'une première visite avec les techniciens de son département. Dans les jours à venir, a expliqué le ministre, les études de faisabilité vont commencer et à la prochaine sortie de terrain, les bulldozers seront de la partie pour démarrer effectivement les travaux.

Une déclaration qui réjouit le maire de Kyon, André Batiana. De l'importance du pont, ce dernier a souligné que le village est inégalement divisé en deux. Les terres fertiles sont au nord (le grenier du village) et les infrastructures sociales (écoles, CSPS, collège etc.), sont au sud.

D'où la nécessité de migrer de part et d'autre. A cela s'ajoute le risque de noyade du fait de la précarité du pont actuel. De son côté, le député de la localité, Bienvenu Bationo, lui, dit avoir pris bonne note et promet de remplir sa mission de contrôle de l'action gouvernementale mais aussi des promesses de campagne.

Burkina Faso

Coupe du monde - Pourquoi le continent a du mal à transformer...

Le dimanche 15 juillet dernier, les lampions se sont éteints sur la Coupe du monde Russie 2018, avec la victoire… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.