25 Juin 2018

Sénégal: Cheikh Sadibou Fall, comite directeur du PDS - «Il est temps que Karim Wade revienne au Sénégal»

Membre du comité directeur du Pds, Cheikh Sadibou Fall invite Karim Wade à revenir au Sénégal. Pour lui, la présidentielle est proche et le candidat déclaré des libéraux doit présenter son programme aux Sénégalais.

Le temps presse, la présidentielle approche à grands pas. Et beaucoup parmi les ténors du Parti démocratique sénégalais (Pds) comme l'ancien ministre de l'Intérieur, Cheikh Sadibou Fall, en sont conscients. L'ancien ministre de l'Intérieur a rappelé la nécessité du retour de Karim Wade, le candidat désigné du Pds à la présidentielle de 2019. « Il est temps qu'il soit là. On ne peut pas mener un tel combat et être hors du pays.

C'est un combat politique qui comporte des risques. Il est temps qu'il soit là, qu'il présente aux Sénégalais son programme politique... », a déclaré M. Fall, invité de l'émission dominicale « Grand Jury » de la Rfm.

Même si Karim Wade a indiqué, dans son message aux Sénégalais lors de la fête de la korité, « être sur le chemin du retour », cette déclaration de M. Fall sonne comme une sorte de pression sur le candidat déclaré des libéraux.

Même si le retour du fils de l'ancien président de la République est tant attendu, il est impossible de révéler la date exacte de sa venue au Sénégal.

Se prononçant sur un éventuel retour de M. Wade au Sénégal, le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Ismaïla Madior Fall, a soutenu que la loi prévoit que si un citoyen est condamné à cinq ans d'emprisonnement, au moins, il perd ses droits civils et politiques.

Une déclaration qui n'a guère plu les membres du Comité directeur du Pds qui la qualifie de « déclaration de guerre » du régime actuel et une tentative de priver le peuple de son droit de se choisir librement un président de la République.

«Nous réaffirmons solennellement que rien, ni dans la Constitution ni dans aucune autre loi, n'interdit à notre candidat de se présenter à la prochaine élection présidentielle et encore moins un jugement dicté par Macky Sall qui viole l'ordre public international.

Nous nous opposerons de la façon la plus ferme à ce que Macky Sall obtienne ce qu'il n'a pu obtenir par une Crei, pourtant aux ordres, qui n'a pas osé suivre le procureur spécial qui a requis vainement que notre candidat Karim Wade soit privé de ses droits civiques et politiques», avaient indiqué les libéraux. Seulement, aujourd'hui, plus que jamais, des voix s'élèvent pour réclamer le retour de Karim Wade au Sénégal.

Sénégal

Capharnaüm judiciaire de la société EROH en collision avec la CCJA pour salir UBA Burkina

Le Groupe UBA avait conclu l'opération d'acquisition de la Banque Internationale du Burkina (BIB) en 2008. Plus »

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.