25 Juin 2018

Afrique: Coupe du monde 2018 - Les supporters africains ont des raisons de s'inquiéter

Hier, l'Egypte et le Maroc ont fait leurs adieux à la Coupe du monde Russie 2018, à l'issue des matches de la troisième et dernière journée des phases de leurs poules respectives.

Des rencontres jouées pour l'honneur puisqu'à l'issue de la deuxième journée déjà, ces représentants africains étaient déjà éliminées, pour avoir concédé, chacun, deux défaites d'affilée. D'ailleurs, l'Egypte concédera une troisième défaite en autant de sorties, terminant à la dernière place de son groupe sans marquer le moindre point.

Quant au Maroc, il a réussi à tenir la dragée haute à l'Espagne qu'il a mené par deux fois au score, avant de concéder le match nul de 2 buts partout en fin de match. Mais l'arbre ne doit pas cacher la forêt. Car, ces résultats en dents de scie de nos représentants à la plus haute compétition mondiale du ballon rond, traduisent ni plus ni moins la situation d'un football toujours à la recherche de ses marques.

En tout cas, nos représentants peinent à convaincre de la consistance et de la compétitivité de notre football, à l'épreuve des autres continents. Et tout porte à croire que ce n'est pas au sortir de ce mondial, que l'on pourra affirmer le contraire.

Les Cafeteros apparaissent comme un épouvantail pour les Lions de la Teranga

D'autant plus qu'à la suite de l'Egypte et du Maroc, la Tunisie n'attend que de remplir la formalité du troisième match, pour plier bagage et rentrer à la maison, après s'être inclinée devant l'Angleterre (1-2 ) lors de sa première sortie et bu le calice de la défaite jusqu'à la lie face à la Belgique qui lui a infligé l'un des plus lourds score de ce tournoi (5 à 2), lors de sa deuxième apparition.

A ce stade de la compétition, seuls le Sénégal et le Nigeria ont valu quelques satisfactions à l'Afrique en enregistrant chacun une victoire en deux sorties, chose qui met ces équipes dans une position de qualification possible pour les huitièmes de finale. Mais, même là, les supporters africains ont des raisons de s'inquiéter.

Car, non seulement, lors de leur deuxième sortie, les Sénégalais n'ont pu confirmer leur victoire du premier match contre les Polonais, mais aussi ils ont frôlé de peu la correctionnelle face à de vaillants Japonais qui ont montré plus de cohérence et de mordant dans le jeu, réussissant, par deux fois, à revenir au score et s'offrant au passage des occasions franches de but qui auraient pu changer complètement le cours du match.

En tout cas, au vu de la prestation des Samouraï, les Lions de la Teranga auraient pu plier l'échine sans que l'on ne crie au scandale tant les Asiatiques se sont montrés beaucoup plus incisifs sur l'ensemble du match. En effet, malgré le fait qu'ils ont été pratiquement cueillis à froid par un but matinal des Sénégalais à la 11ème minute, les Japonais n'ont jamais abdiqué et sont parvenus à rétablir la parité au score, avant la mi-temps.

En seconde période, après avoir manqué, à plusieurs reprises, de prendre l'avantage au score, ils se feront encore surprendre par les Africains à la 71ème minute de jeu avant de rétablir pour la deuxième fois, la parité au score sept minutes plus tard. Un nul qui maintient les deux équipes en tête de leur groupe avec chacune 4 points, suivies de la Colombie (3 points) qui s'est complètement relancée dans

la course à la qualification en étrillant la Pologne sur le score de 3 buts à 0, à l'issue d'un match époustouflant, au cours duquel ils ont su faire admirer leurs capacités physiques, techniques et tactiques.

Dès lors, les Cafeteros apparaissent, aux yeux de nombreux supporters africains, comme un épouvantail pour les Lions de la Teranga qui auront manifestement fort à faire le jeudi 28 juin prochain, pour arracher une qualification qui est loin d'être acquise à l'avance.

En tout cas, les Sud-américains ont tellement fait forte sensation lors de leur deuxième sortie, face à la Pologne, que l'on en vient à se demander si les Sénégalais n'ont pas laissé passer leur chance face au Japon. L'histoire le dira. En attendant, ce match s'annonce déjà comme le match de la vie ou de la mort pour les deux équipes.

C'est en véritable fauve blessé que l'Argentine risque de se présenter devant le Nigeria

Quant au Nigeria, le second espoir du continent africain dans ce tournoi, l'on se demande s'il pourra gravir la montagne Argentine de Lionel Messi, pour se hisser au second tour.

En tout cas, après une défaite (2-0) d'entrée de jeu face à la Croatie, les Super Eagles ont su se relancer admirablement, lors de leur deuxième apparition, face à la vaillante équipe d'Islande battue 2 à 0, au moment où l'Argentine se faisait humilier par la Croatie par 3 buts à 0.

A l'issue de la deuxième journée dans son groupe, le Nigeria pointe à la deuxième place avec 3 points, derrière la Croatie (6 points), mais devant l'Argentine (1 point). Pour autant, les protégés de Gernot Rohr parviendront-ils à tirer leur épingle du jeu pour passer ce premier tour ?

Rien n'est moins sûr ! Surtout que l'adversaire, l'on s'en doute, sera une revancharde équipe argentine dont les stars peinent jusque-là à briller, à l'image d'un Lionel Messi qui, outre la qualification de son pays, joue sa propre notoriété dans ce tournoi et aura certainement à cœur de faire taire les nombreuses critiques.

C'est donc en véritable fauve blessé que l'Argentine risque de se présenter demain devant le Nigeria, dans un match à quitte ou double où aucune des parties n'aura droit à l'erreur. Une partie qui se présente, particulièrement pour l'Albiceleste, comme une occasion inespérée de rachat, pour se relancer dans une compétition qu'elle a visiblement entamée par le mauvais bout.

En tout état de cause, un petit point pourrait suffire au bonheur du Sénégal et du Nigeria, les représentants africains encore en vie dans cette compétition. Pourront-ils l'arracher ? C'est tout le mal qu'on leur souhaite.

Afrique

L'Union africaine ne devrait pas tolérer l'expulsion des filles enceintes du système scolaire

En juin, le Burundi a rejoint un petit groupe de pays africains qui interdisent aux filles enceintes de poursuivre leurs… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.