26 Juin 2018

Sénégal: Moustapha Fall Tché - « Le PDS sait bien que Karim Wade ne peut pas être candidat »

Photo: Le Pays
Karim Wade

Face à l'insistance du Pds qui estime que la candidature de Karim Wade est valide, Moustapha Fall, coordonnateur de la coalition Macky 2012, souligne que les libéraux savent bien que le fils de l'ancien Président ne peut pas participer à la présidentielle de 2019.

« Le Pds fait du bluff. Les responsables du Pds savent bien que Karim Wade ne peut pas être candidat. Karim Wade le sait très bien. On le fait parler, mais il n'a jamais parlé. On n'a jamais entendu un enregistrement de Karim.

On lui attribue des lettres, mais il n'a jamais écrit », a déclaré le coordonnateur de la coalition, « Macky 2012 », interrogé sur l'annonce du retour du candidat du Parti démocratique sénégalais à la présidentielle de 2019. Pour le coordonnateur, « le Pds utilise Karim Wade à des fins de propagande et de mobilisation. Le Pds n'est pas prêt pour des élections ».

Le coordonnateur de « Macky 2012 » s'est désolé de la réaction de l'avocat Assane Dioma Ndiaye qui a dit que le législateur n'a pas énumérer l'enrichissement illicite aux articles L31 et L32. « On ne l'a pas énuméré, mais on a bien dit en bas qu'en général, pour des délits passibles d'une peine supérieure à 5 ans d'emprisonnement.

C'est le cas de Karim Wade qui a été condamné à 6 ans d'emprisonnement. Il a purgé 3 ans avant d'être gracié. A partir du moment où il a été condamné à 6 ans d'emprisonnement, il perd tous ses droits. Ce sont les droits civiques, civils et de famille », a souligné Moustapha Fall.

Le coordonnateur a ajouté que l'article 34 du code pénal dit aussi que, lorsque la peine d'emprisonnement prononcée est supérieure à 5 ans, l'interdiction définitive de tous les droits civiques, civils et de famille demeure. « Dans le code pénal, Karim Wade n'est pas éligible. Dans le code électoral, avec l'article L31, Karim Wade n'est pas éligible.

Depuis que Karim Wade a été définitivement condamné à 6 ans d'emprisonnement, en principe, il a été radié des listes électorales », a insisté le coordonnateur qui souligne que c'est la raison pour laquelle le ministre de l'Intérieur a dit que Karim Wade ne s'est pas inscrit.

Selon Moustapha Fall, l'article 28 de la Constitution dit que tout candidat à la présidence de la République doit être exclusivement de nationalité sénégalaise. « Cela n'est pas le cas pour Karim Wade. Il est binational. Ce qui n'existe même pas au Sénégal avec l'article 18 de la loi sur la nationalité sénégalaise.

On ne peut pas avoir deux nationalités. Karim Wade a attaqué l'Etat du Sénégal en France en tant que français. Il n'est pas exclusivement de nationalité sénégalaise », a-t-il argumenté. Moustapha Fall a aussi émis des doutes sur l'authenticité de la récente lettre attribuée à Karim Wade.

« Il ne faut pas qu'on défonce une porte qui n'est pas fermée. Cette lettre qu'on attribue à Karim Wade n'a pas été écrite par lui. Elle a été écrite par le comité directeur du Pds comme toutes les autres précédentes lettres.

Cette correspondance n'est pas exclusivement destinée à Macky Sall, mais plutôt à Idrissa Seck », a affirmé le coordonnateur. Pour M. Fall, « le Pds a voulu freiner Idrissa Seck qui est allé jusqu'à proposer une quête pour payer ce que Karim Wade doit à l'Etat du Sénégal. Le Pds a voulu remettre Idrissa Seck à sa place », a-t-il poursuivi.

En savoir plus

Polémique autour de l'éligibilité et/ou recevabilité de la candidature de Karim Wade à la présidentielle

Remis au goût du jour par le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Ismaïla Madior Fall, le débat… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.