26 Juin 2018

Mali: Komaga - Les raisons des affrontements

Dans le village de Komaga, à 6 km de Taga, dans la Commune rurale de Femaye, dans le cercle de Djenné, a eu lieu un affrontement entre des présumés Peuls, attaqués par des « Dozos », « supplétifs de l'armée ». Le bilan est très lourd. Mais, la version officielle est loin de la réalité.

Dans le delta intérieur du Niger, à cause de l'absence de l'Etat et face aux multiples exactions que les populations subissaient, les villages se sont organisés, jusque dans le cercle de Macina et Djénné et ont décidé de mettre en place une confrérie de Dozo, au moins de deux gaillards par village. C'est cette milice qui assure la police dans la région et qui sécurise les villages.

Le village de Komaga est réputé être l'épicentre du djihadisme dans le cercle de Djenné. Plusieurs habitants à Komaga ont pris fait et cause pour le djihad ou hébergent des djihadistes ou des terroristes. C'est pourquoi, les Dozos ayant des informations ont mené cette opération de représailles.

Selon nos informations, les Dozo ont appris que tous les bandits qui sèment la terreur et la désolation dans la région trouvent refuge à Komoga..

« Cela est connu de tout le monde dans le cercle de Djenné », affirme une source locale. « Il n'y a aucun problème Peul -Dogon ici. D'ailleurs, il n'y a même pas de Dogon ici », affirme au téléphone notre interlocuteur, ressortissant du village de Komaga.

Samedi matin vers 8h, pendant que la population vaquait à ses occupations, des Dozos, venus en motos, ont encerclé Komaga. Une bataille sans répit s'est engagée entre ces présumés lDozon et les « Djihadistes » refugiés dans le village. Le bilan a été lourd : une dizaine de morts et des dégâts matériels très importants.

Vue la fréquence des attaques djihadistes dans le cercle de Djenné, surtout l'attaque du Seuil-barrage, l'ensemble des villages se sont réunis pour défendre le cercle contre les attaques terroristes.

L'armée est arrivée au village pour désarmer les deux parties. Elle doit y rester, afin que les affrontements ne reprennent plus jamais, mais aussi que l'Etat exerce son autorité entièrement et pleinement, et sécurise les populations.

Cette absence de l'Etait facilite une telle situation. Des locaux d'une brigade de gendarmerie existent depuis 10 ans à Djénné. Depuis 10 ans, ils sont désespérément vides.

Mali

La grève des magistrats se poursuit

Au Mali, la grève entamée par les magistrats continue malgré une rencontre mardi avec le nouveau… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Echos. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.