27 Juin 2018

Sénégal: Mise en place du comité de développement sanitaire (CDS) - Les comités de gestion en santé font leur mue

Le ministre de la Santé et de l'action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, a procédé à Dakar hier, mardi 26 juin 2018, au lancement du comité de développement sanitaire (Cds) qui va remplacer les comités de gestion en santé pour une meilleure effectivité du transfert des domaines de compétence. Le ministre a aussi saisi l'occasion pour démentir la circulation de médicaments cancérigènes au Sénégal. Non sans manquer de faire le point sur la grève d'And Gueusseum.

C'est hier, mardi 26 juin 2018, sous la présence du ministre de la Santé et de l'action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, et des acteurs de la santé que le Cds a été mis en place. Ce comité va remplacer les comités de gestion en santé qui ont montré des disfonctionnements et des insuffisances même s'ils ont contribué à l'amélioration des besoins de santé des populations, durant les deux dernières décennies.

Ces insuffisances concernent le non-renouvellement des comités de santé dont le terme du mandat des responsables est arrivé à échéance, la tenue non régulière des réunions statuaires des instances, le déficit des activités de planification, de mobilisation sociale et de promotion de la santé et le non-respect des procédures de sécurisation et de décaissement des fonds.

Ces disfonctionnements ont conduit « à revoir la gouvernance du système sanitaire », selon le Directeur de la planification et de la réforme de la santé (Dprs), Dr Youssoufa Ndiaye, qui faisait une présentation sur les étapes qui ont conduit, depuis 2006, à l'adoption du projet de décret du développement sanitaire en janvier 2018.

Quant au ministre de la Santé et de l'action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, il a tenu à montrer l'importance du nouveau comité. «Cette réforme est extrêmement importante parce qu'à la place des comités de santé et des comités de gestion, nous aurons donc à partir du mois de juillet au niveau des structures de santé, des comités de développement sanitaire qui vont assurer la gestion de proximité et la gouvernance sanitaire» dira-t-il.

Selon le ministre, la réussite de ce nouveau comité nécessite l'implication de tous les acteurs. Aussi dira-t-il : « La réussite de cette réforme dépendra fortement des deux piliers essentiels de la gouvernance territoriale, à savoir l'administration territoriale qui représente l'Etat au niveau des territoires mais aussi les collectivités locales qui sont des élus, comme du dispositif de santé, à savoir le médecin-chef de région, les médecins-chefs de district ».

Autant de contours qui font du Cds un cadre de concertation regroupant les élus locaux ayant en charge des compétences dans le domaine de la santé, les communautés dans le cadre de la participation à l'effort de santé publique, les responsables des formations sanitaires en charge de la mise en œuvre technique des politiques de santé et l'autorité administrative chargée de la coordination de l'action publique dans sa circonscription.

Le fonctionnement des comités de développement sanitaire des structures de santé constitue, selon les acteurs, une opportunité pour renforcer la viabilité institutionnelle, financière et managériale des services locaux dans le contexte dynamique de la décentralisation.

Sénégal

Affaires Khalifa Sall, Karim Wade et Imam Ndao - La «diatribe» d'Amnesty International

«Le Sénégal doit faire de la garantie d'un procès équitable une priorité et… Plus »

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.