29 Juin 2018

Afrique de l'Ouest: PMI réclame des règles claires et des sanctions contre le commerce illicite

Le vice-président Affaires Institutionnelles de Philip Morris Internationale (Pmi) réclame des règles claires et des sanctions contre le commerce illicite. M. Alessandro Poggiali l'a fait savoir au deuxième du forum de haut niveau autour du thème «Commerce illicite dans la zone Cedeao : enjeux et perspectives» que la Confédération nationale des entreprises du Sénégal (Cnes) a clôturé ce mercredi 27 juin à Dakar.

Son plaidoyer fait suite à l'inquiétude qu'il partage avec l'ensemble des acteurs du secteur privé de la zone CEDEAO.

M. Poggiali se dit inquiet par rapport au fait que le commerce illicite est source de financement du terrorisme.

Selon lui, PMI est une victime du commerce illicite parce qu'elle souffre d'un manque à gagner énorme de ce phénomène.

A l'en croire, on a fait de la lutte contre le commerce illicite une priorité du moment que ce phénomène constitue une concurrence illégale aux produits de cette multinationale avec des fabriques qui ne sont astreintes à aucune obligation.

« On a en face de nous une ennemie immense. Le manque à gagner pour l'industrie du tabac est estimé à 100 milliards de dollars et 50 milliards de dollars de pertes fiscales », s'est-il désolé.

50 accords de mémorandum

Face à la montée en puissance, la multinationale ne compte pas baisser les bras.

M. Alessandro Poggiali confie que pendant ces dernières années PMI a signé 50 accords de mémorandum avec des Etats.

Le vice-président Affaires Institutionnelles de PMI fait savoir que ces partenariats ont permis de faciliter l'accès aux technologies, partage d'information...

Ce qui, à l'en croire, a permis la fermeture d'une cinquantaine d'usines illégales.

Dans cette dynamique, il fait part de l'existence d'un fonds de 100 millions de dollars destiné à la lutte contre le commerce illicite.

Un fonds qui, d'après lui, est ouvert cette année aux pays du Maghreb et de l'Afrique.

Pour lui, les acteurs partagent une responsabilité commune d'informer les citoyens sur les dégâts que cause le commerce illicite.

Ceci à travers une collaboration formalisée entre le secteur privé et public au niveau national régional et international.

Un message qui n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd du moment qu'en conférence de presse de clôture, le directeur exécutif de la CNES, M. Mor Talla Kane annonce l'ambition du monde des entreprises de porter le message vers les instances communautaires.

Ce qui, d'après lui, sonne comme une mobilisation du secteur privé pour la mise en place d'un dispositif faisant de lui un interlocuteur crédible dans la lutte contre le commerce illicite.

Sénégal

Des militaires français impliqués dans une rixe à Dakar

Au Sénégal, cinq militaires français basés à Dakar sont directement liés… Plus »

Copyright © 2018 Le Journal de l'Economie Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.