Egypte: Emprisonné depuis cinq ans, le photographe Shawkan attend son verdict

La justice égyptienne doit rendre ce samedi 30 juin son verdict sur le sort du photographe Shawkan. Mahmoud Abu Zeid de son vrai nom risque la peine de mort aux côtés de 700 autres détenus.

Elle a été requise par le parquet en mars dernier pour acte terroriste. Le trentenaire a été arrêté par les forces de sécurité égyptiennes venues réprimer une manifestation le 14 août 2013. Ce jour-là les partisans de Mohamed Morsi exigeaient son retour à la présidence. Shawkan couvrait l'évènement pour une agence photo britannique. Depuis, nombre d'organisations des droits de l'homme ont tenté d'obtenir sa libération en vain.

Deux yeux pétillants soulignés par un sourire malicieux, le tout auréolé de cheveux frisés. C'est le visage de Shawkan que les organisations de défense des droits de l'homme ont tenté de faire connaître à travers le monde. Il est notamment lauréat cette année du prix Unesco pour la liberté de la presse.

Mais Mahmoud Abou Zeid est toujours en prison. Cela fait bientôt cinq ans qu'il attend d'être jugé. Il souffre de dépression selon son frère. Il serait également anémique et atteint d'une hépatite C.

« Je paie aujourd'hui le prix de ma passion par ma vie mais sans la photographie une part de moi-même manquerait », a-t-il affirmé depuis sa cellule. Son ami d'enfance Ahmed Abu Saïf se souvient du jeune Mahmoud toujours armé de son téléphone Nokia, l'un des premiers téléphones portables avec appareil photo intégré.

Egyptien, Shawkan a grandi au Koweït ou ses parents étaient professeurs. Il était rentré en 2009 dans son pays pour exercer sa passion : le photojournalisme. Aujourd'hui selon Reporters sans frontières, 33 journalistes sont détenus dans les cellules du Caire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.