3 Juillet 2018

Ouganda: Les Ougandais se tournent vers le VPN pour éviter les taxes sur les médias sociaux, selon un rapport de BestVPN

communiqué de presse

Liverpool, Angleterre — Les recherches sur VPN à partir de l'Ouganda augmentent de 1567 %

Les Ougandais font appel à la technologie des réseaux privés virtuels (VPN) pour éviter la « taxe sur les médias sociaux » du gouvernement. Celle-ci est entrée en vigueur hier selon BestVPN, premier site des comparaisons de VPN.

(Logo: https://mma.prnewswire.com/media/697108/BestVPN_Logo.jpg )

Cette taxe récente est prélevée sur les plateformes offrant des services par contournement (OTT) tels que voix sur protocole internet (VoIP), messagerie instantanée et diffusion de vidéo. Ceci inclut Facebook, WhatsApp, LinkedIn, Instagram, Viber et Skype.

Selon les données internes de BestVPN, ce prélèvement a eu pour effet une hausse en flèche de l'intérêt pour les VPN parmi les utilisateurs ougandais d'internet. Le site de comparaison a enregistré une augmentation de 1567 pour cent samedi et dimanche, par rapport à la même période la semaine dernière.

Le gouvernement affirme que la nouvelle taxe lui permettra d'investir dans des infrastructures destinées à améliorer l'internet pour tous, mais les détracteurs assurent qu'il s'agit d'une tentative délibérée pour entraver les critiques contre le gouvernement du président Yoweri Museveni.

En 2016, les plateformes de médias sociaux ont été bloquées lorsque Museveni a brigué un cinquième mandat gouvernemental controversé lors d'une élection caractérisée par des allégations de corruption d'électeurs et autres irrégularités. Plus tard au cours de la même année, des blocages de médias sociaux sont intervenus une fois de plus avant la cérémonie de prestation de serment de Museveni.

La nouvelle taxe est également critiquée pour son côté peu pratique et pour le fait qu'elle privera de leur droit électoral les fractions les plus pauvres de la société ougandaise. Quiconque voulant accéder aux plateformes des médias sociaux listés doit désormais payer 200 shillings ougandais (UGX) par jour, 1400 UGX par semaine ou 6000 UGX par mois.

6000 shillings représentent environ 1,55 USD (1,20 £), mais en Ouganda, des millions de citoyens vivent avec moins de 1 $ par jour.

« Nous assistons encore et toujours à la même chose, » a commenté Douglas Crawford, expert de la confidentialité à BestVPN.com. « Les tyrans politiques sont terrifiés à l'idée de perdre leur prise sur le pouvoir et ils essaient ainsi de contrôler la circulation des informations. La réalité économique en Ouganda fait que ceci est beaucoup moins un prélèvement qu'une interdiction. Ceux qui ont le savoir-faire technique et les ressources financières se servent des VPN pour éviter la taxe, mais de nombreux citoyens ont l'impression qu'ils n'ont pas d'autre choix que celui de renoncer aux médias sociaux. Nous encourageons vivement ces citoyens à visiter notre site et à chercher un service de VPN digne de confiance et gratuit. »

Les apps de VPN gratuits sont habituellement limitées dans ce qu'elles laissent faire aux usagers, mais la plupart devraient être suffisantes pour permettre à toutes les couches de la société ougandaise d'accéder sans restriction à l'internet et de pouvoir participer à des débats démocratiques sur les plateformes de médias sociaux de leur choix.

Notes à l'attention des rédacteurs

BestVPN.com lutte pour le respect de la vie privée et la liberté des personnes d'utiliser l'internet où, quand et comme elles le souhaitent.

Ouganda

Twitter - Macky Sall 5éme président le plus suivi en Afrique subsaharienne

Suivi par 695 375 comptes, le président sénégalais Macky Sall est le cinquième… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 PR Newswire. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.