4 Juillet 2018

Mauritanie: Pêche - La Mauritanie accorde 400 licences aux pêcheurs de Guet Ndar

Photo: Présidence de la République du Sénégal
La Mauritanie accorde 400 licences aux pêcheurs de Guet Ndar

Le ministre de la Pêche et de l'Economie maritime a tenu, hier, une réunion d'information avec les pêcheurs de Guet Ndar. La rencontre avait pour but de les sensibiliser sur l'accord de pêche signé lundi et à effet immédiat entre les autorités sénégalaises et mauritaniennes.

Oumar Guèye a expliqué, en présence du maire de Saint-Louis, Mansour Faye, des différents responsables de la pêche de la Langue de Barbarie et des autorités administratives, les termes de l'accord de pêche signé entre le Sénégal et la Mauritanie.

Pour cet accord, 400 licences pour 200 sennes tournantes ont été accordées. Du point de vue tonnage, les autorités mauritaniennes ont octroyés 50.000 tonnes par an aux pêcheurs de Guet Ndar.

Oumar Guèye est revenu sur les péripéties de la signature de cet accord et l'engagement du président Macky Sall et de son homologue Abdoul Aziz de Mauritanie pour la réussite des pourparlers. Il a rappelé que depuis 2016, les licences de pêche n'ont pas été renouvelées.

«Mais, nous avons toujours appelé au respect des lois et règlements de ce pays frère », a déclaré le ministre, soulignant qu'en dépit des points de blocage, les deux parties ont poursuivi les discussions.

Concernant la question du débarquement des prises, le ministre a indiqué que la Mauritanie est intransigeante sur ce point. Toute embarcation doit décharger sa prise dans ce pays mais il a accepté que le site soit rapproché.

Le site de Boyo à 2,5 km de Saint-Louis est finalement retenu par les deux pays en lieu et place de Ndiago (7 kilomètres), initialement retenu. Le ministre a précisé que 6 % des prises, soit 24 barques seront destinées à l'approvisionnement du marché mauritanien.

Pour faciliter le transport des produits, Oumar Guèye a annoncé la construction de la route allant de Boyo à la frontière par la Mauritanie et de la frontière à Saint-Louis par le Sénégal. Le gouvernement sénégalais a mis également à la disposition des mareyeurs des camions frigorifiques.

Plus de 164 millions supportés par l'Etat

En attendant la fin des travaux, le port de Saint-Louis pourra, pour une période transitoire d'une année, accueillir les embarcations sous la supervision de responsables mauritaniens et sénégalais pour le respect du tonnage dans le cadre d'un contrôle contradictoire.

Oumar Guèye a aussi annoncé que le basculement entre les deux lieux de débarquement se fera avec un accompagnement pour éviter des incompréhensions.

Les licences de pêche vont coûter 15 euros la tonne. La nouveauté réside dans le fait que l'Etat va supporter, en totalité, le coût, soit plus de 164 millions de FCfa. Le ministre estime qu'à travers ce geste, l'Etat montre, encore une fois, sa bonne disposition à aider les pêcheurs.

Il a profité de la rencontre pour sensibiliser les pécheurs sur le respect des lois de la Mauritanie et du fait que la ressource n'est pas inépuisable.

En ce qui concerne la procuration des licences, les méthodes ne changent pas. Les différents responsables ont accueilli, avec soulagement, la nouvelle. Ils ont loué l'implication personnelle du chef de l'Etat, Macky Sall, et son soutien aux pâcheurs, particulièrement ceux de la Langue de Barbarie.

En savoir plus

Le Sénégal et la Mauritanie finalisent un accord sur la pêche

Conclu initialement fin mars, un accord de pêche a été signé entre la Mauritanie et le… Plus »

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.