6 Juillet 2018

Cameroun: Lutte contre la cybercriminalité - Magistrats et policiers outillés à l'Ouest

La cybercriminalité sévit sous diverses formes par le biais des technologies de l'information et de la communication (TIC). Certains de ces cas ont été présentés par le Dr Ebot Ebot Enaw, directeur général de l'Agence nationale des technologies de l'information et de la communication (Antic).

C'était le 4 juillet 2018 à Bafoussam, lors de l'ouverture du séminaire de sensibilisation des magistrats et officiers de police judiciaire de la région de l'Ouest sur la cybercriminalité. D'après le directeur général de l'Antic, il s'agit de la propagation sur les réseaux sociaux de fausses nouvelles (fakenews), de la mise en place d'arnaques qui évoluent sur les TIC (scamming) les usurpations d'adresse Internet pour réaliser des actes d'escroquerie (Phishing), le changement frauduleux des adresses Web des grandes structures (Webdefacement), le piratage des cartes bancaires magnétiques (Skimming), la diffusion des documents confidentiels de l'administration publique...

Des termes expliqués aux participants pour une bonne maîtrise des formes de cybercriminalité. Le but étant pour les autorités judiciaires, d'agir, de sanctionner ces actions qui appauvrissent les victimes (individus, entreprises et même l'Etat).

Les exposés entamés juste après l'ouverture et qui vont se poursuivre jusqu' à ce vendredi 6 juillet, vont permettre aux participants de maîtriser les contours de la cybercriminalité au Cameroun.

Il s'agit en outre, selon le Dg de l'Antic, d'organiser la veille sécuritaire, le partage des informations relatives aux activités néfastes sur les réseaux sociaux, les méthodes d'identification des présumés acteurs de la cybercriminalité, la pratique de la collecte des preuves numériques, la signature électronique et sa valeur juridique, et les types de sanction juridiques au cas par cas qu'écopent les acteurs de la cybercriminalité en conformité avec la législation camerounaise.

Selon François Xavier Mbono, le président de la Cour d'appel de l'Ouest, qui pour la circonstance représentait le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, « pour mieux rendre une décision, il faut appréhender le sujet, il faut appréhender le code des lois.

La cybercriminalité étant nouvelle dans notre contexte, l'appropriation des concepts et des éléments constitutifs de cette loi va permettre que désormais, le droit soit rendu à juste titre. » François Xavier Mbono a invité ses pairs de la justice à bien utiliser ce qu'ils ont acquis pour le retour à l'orthodoxie dans le secteur des TIC.

Cameroun

Qui remportera l'Ecran d'or ?

Après une semaine d'activités et de compétition, le rideau tombe ce soir à Yaoundé… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.