7 Juillet 2018

Afrique: Quart de finale-victorieux sur la marque de 2 à 1 - La Belgique sort le grand jeu face au Bresil pour rejoindre la France en demies

Le Brésil pris à son propre jeu! Dominée comme jamais par la Belgique inspirée par l'audace de sa génération triomphante (2-1), vendredi à Kazan, la Seleçao de Neymar se retrouve éjectée du Mondial-2018 dès les quarts de finale à la surprise générale.

Revenus de l'enfer face au Japon, les "Diables rouges" avaient prévenu qu'ils ne renonceraient pas à leur jeu trop porté vers l'attaque malgré le risque d'un "effet boomerang" face au Brésil. Le pari a parfaitement fonctionné.

Grâce à un but contre son camp de Fernandinho (13e) et une frappe sublime de Kevin de Bruyne (31e), la génération dorée belge s'offre le droit d'affronter la France en demi-finale, mardi à Saint-Pétersbourg, et peut rêver à un premier sacre mondial.

Pour le Brésil, si sérieux depuis le début de la compétition et si solide depuis la prise en main de Tite en 2016, c'est une immense désillusion. Grandissime favorite du Mondial-2018, la Seleçao a finalement connu le même destin que l'Allemagne tenante du titre ou l'Espagne, éliminées bien avant le dernier carré.

Pis, quatre ans après le fiasco de "sa" Coupe du monde et le fameux 7-1 encaissé contre la Mannschaft en demi-finale, les coéquipiers de Thiago Silva n'ont pas été en mesure de faire au moins aussi bien.

Et Neymar dans tout ça ? Globalement inoffensif ! A l'image de cette intervention autoritaire de Witsel à l'entrée de la surface (43e), la superstar auriverde n'a pas résisté au combat physique imposé par les Belges, avant de sortir la tête de l'eau en fin de match. Sans résultat.

LUKAKU/DE BRUYNE, EN MODE 'JOGA BONITO'

Sur un corner très bien dévié par Joao Miranda au premier poteau, Thiago Silva, un peu surpris, reprend tant bien que mal à un mètre du but mais le ballon s'écrase finalement sur le poteau, alors que Thibaut Courtois était complètement battu (7e) !

Bis repetita sur le corner suivant, c'est cette fois Paulinho, encore une fois complètement démarqué dans la surface, qui a manqué totalement sa reprise (10e).

La chance de la Seleçao venait de passer, l'ambitieux dispositif en 3-4-3 de la Belgique peut se mettre en marche. Décidé à éviter de revivre les sueurs froides du huitièmes de finale renversant contre le Japon (3-2), le sélectionneur Roberto Martinez a certes maintenu son schéma de jeu mais en le renforçant de la présence physique de Marouane Fellaini et Nacer Chadli au milieu.

Un choix payant juste avant le quart d'heure de jeu. Kevin de Bruyne, qui est monté d'un cran pour évoluer avec Romelu Lukaku et Hazard sur le front de l'attaque, parvient à éliminer quatre joueurs d'un coup en servant parfaitement Fellaini face aux buts.

Plus maladroit de ses pieds que de la tête, le géant belge parvient tout de même à provoquer le corner qui mènera au but (12e): sur le coup de pied arrêté frappé par Hazard dans la foulée, Kompany est un peu court mais le ballon est suffisamment dévié par l'épaule de Fernandinho pour tromper Alisson (13e, 1-0).

24 matin

BRESIL: NEYMAR, "COME-BACK" MANQUE ET DESILLUSION NATIONALE

Pelé, Romario, Ronaldo ou Ronaldinho devront encore attendre pour avoir un successeur: Neymar, programmé pour devenir la prochaine étoile à mener le Brésil vers un nouveau sacre mondial, a échoué dans sa mission vendredi avec une élimination prématurée en quarts de finale du Mondial-2018.

Il voulait suivre les traces du "Roi" Pelé, gamin doué de Santos devenu triple champion du monde avec la Seleçao. Neymar (26 ans) reste pour l'instant un Zico, un joueur brillant balle au pied mais aux promesses de gloire inachevées.

Après 2014, lorsqu'il avait dû abandonner ses coéquipiers sur blessure avant l'élimination en demi-finale, le N.10 auriverde a raté le coche en 2018 dans une édition qui semblait lui tendre les bras. Pis, sa seule occasion de détrôner sur le fil Cristiano Ronaldo et Lionel Messi, éliminés respectivement avec le Portugal et l'Argentine dès le stade des huitièmes, pour le gain du Ballon d'Or, s'est envolée. Mais contrairement aux deux joueurs majeurs de la décennie, "Ney" n'aura que 30 ans dans quatre ans, et une nouvelle occasion de soulever le trophée suprême.

En attendant, il pourra longtemps regretter sa prestation contre la Belgique (défaite 2-1), où il n'a pas été en mesure de résister au combat physique imposé par les coéquipiers de Thomas Meunier. Si sa passe en retrait pour Philippe Coutinho à la suite d'un bon débordement aurait dû conduire à l'égalisation (86e), Neymar a trop peu pesé pour sauver son équipe de la désillusion.

-TRANSFERT RECORD, SAISON NOIRE -

Pourtant, son opération "come-back" avait tout du pari réussi. Absent des terrains pendant plus de trois mois depuis sa très médiatique blessure au pied, survenue fin février contre Marseille, la superstar du Paris SG a tout misé sur la Seleçao pour finir en beauté une saison très mitigée. Devenu le joueur le plus cher de l'histoire en août dernier - le club parisien a déboursé 222 millions d'euros pour l'arracher au FC Barcelone - Neymar a été incapable d'empêcher une élimination prématurée en Ligue des champions face au Real Madrid. Revanchard comme jamais, il marque un sublime but dès son retour sur les terrains contre la Croatie (2-0), en match de préparation du Mondial début juin. "Ca fait trois mois que je me suis blessé. Revenir et faire ce que j'aime le plus, jouer au football, et en plus marquer un but, c'est une joie immense", avait-il déclaré après la rencontre. Une fois la compétition lancée, "Ney" est monté doucement en puissance à l'image de son équipe. Après avoir été maladroit contre la Suisse (1-1), fondu en larmes après son but dans le temps additionnel contre le Costa Rica (2-0), et peu en réussite contre la Serbie (2-0), le N.10 auriverde a régalé contre le Mexique (2-0) par ses fulgurances balle au pied.

L'OR OLYMPIQUE, MAIGRE CONSOLATION -

Mais après la désillusion belge, la planète foot retiendra plutôt de son aventure russe sa propension à se laisser facilement tomber... avec près de 14 minutes de jeu passé au sol selon un décompte de la Radio télévision suisse (RTS) ! "Pour moi ce n'est pas un acteur, il joue avec des rivaux très durs. Neymar dans l'avenir sera le meilleur joueur de foot au monde", l'a défendu l'attaquant belge Romelu Lukaku. Mais dans le foot, "l'avenir" se conjugue bien trop souvent au présent et le temps est déjà venu de faire un bilan, certes honorable, mais globalement décevant au niveau international. S'il fait partie de l'épopée en Copa America 2013, il n'a pas su éviter l'élimination en quarts en 2011 et 2015. Au Mondial-2014 à domicile, Neymar répond aux attentes mais se blesse en quart de finale. Absent du fameux 7-1 infligé par l'Allemagne en demie, il est un des rares à sortir indemne du fiasco. Il devient surtout celui qui offre au Brésil le dernier trophée qui lui manquait, l'or olympique. Après une finale perdue aux JO-2012 à Londres, le capitaine encadre parfaitement la jeune génération pour atteindre le triomphe à Rio en 2016. Il réussit même le tir au but vainqueur contre l'Allemagne en finale (1-1 a.p., 5-4 t.a.b.) avant de s'écrouler en larmes sur la pelouse avec le sentiment du devoir accompli. Contre la Belgique, c'est surtout l'impression d'une mission ratée qui domine... Encore une fois.

Sénégal

La Fondation BOA va équiper les régions pour le dépistage du cancer du col de l'utérus

La Fondation BOA-SENEGAL va davantage équiper les centres de santé qui sont dans les régions. Plus »

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.